Home Politique Élection présidentielle aux USA: Ce qu’il faut savoir sur les Grands électeurs

Élection présidentielle aux USA: Ce qu’il faut savoir sur les Grands électeurs

11 min read
0
0

Depuis 175 ans, l’élection présidentielle se déroule aux États-Unis d’Amérique le mardi après le premier lundi de novembre. Ce mardi 3 novembre 2020, les citoyens américains ont été appelés à voter pour leur futur président. Ils devraient départager le Président sortant Donald Trump au candidat démocrate Joe Biden. En pratique, le future président aura été élu par un collège de 538 grands électeurs.

Qui sont ces grands électeurs et comment sont ils choisis? Alternance.cd vous propose un article publié par nos confrères de Le Monde à ce sujet qui intéresse toute l’humanité .

Le jour du vote, ou lors du vote anticipé qui a débuté cette année à la fin d’octobre dans trente-sept Etats sur cinquante, les électeurs ont été amenés à voter pour le futur président américain, mais de façon indirecte.
Ce sont en fait les 538 grands électeurs, élus Etat par Etat, qui conduit à l’élection du 46e président des Etats-Unis.

Combien y-a-t-il de grands électeurs ?

Californie, Texas, Floride et New York ont plus du quart des grands électeurs. Le collège électoral est composé de 538 grands électeurs. Pour être élu président, un candidat doit obtenir les voix d’au moins 270 d’entre eux.
Chaque Etat se voit attribuer un nombre de grands électeurs équivalant au nombre de ses représentants au Congrès : soit deux sénateurs, quel que soit son poids démographique, auquel s’ajoutent les élus à la Chambre des représentants, dont le nombre est déterminé en fonction de sa population.

Le Montana, le Wyoming, les deux Dakota, l’Alaska, le Delaware et le Vermont, Etats peu peuplés, représentent chacun trois grands électeurs du collège électoral ; la Californie, l’Etat le plus peuplé du pays, en a cinquante-cinq, suivie par le Texas (trente-huit), la Floride et l’Etat de New York (vingt-neuf chacun). Trois grands électeurs représentent en outre le district fédéral de Washington.

Mais compte tenu de l’évolution de la carte politique américaine, une majorité d’Etats ne présentent plus beaucoup, voire plus aucun, enjeu pour les candidats. Les Etats du Sud et des grandes plaines du Midwest sont ainsi des « Etats rouges », acquis aux républicains, ceux du Nord-Est et de la côte ouest sont à classer parmi les « Etats bleus », acquis aux démocrates.

Qui peut devenir grand électeur ?
La clause 2 de l’article II de la Constitution des Etats-Unis d’Amérique expose que le président et le vice-président sont choisis par des grands électeurs, mais ne précise pas le mode de désignation par les Etats. « Aucun sénateur ou représentant, ni aucune personne tenant des Etats-Unis une charge de confiance ou de profit, ne pourra être nommé électeur », est-il précisé.

Dans les faits, chaque Etat a son système de nomination des grands électeurs, qui sont généralement sélectionnés en remerciement de leurs services pour le parti ou le candidat. Le site Politico relève que pour l’élection 2016, des personnalités très variées ont été désignées par les partis politiques pour devenir grands électeurs à l’issue du scrutin du 8 novembre. Ainsi, le Parti républicain a notamment prévu de nommer un militant radical contre l’avortement dans le Missouri, tandis que Bill Clinton allait être appelé à voter en tant que grand électeur, en cas de victoire d’Hillary Clinton dans l’Etat de New York.

Pour qui les électeurs votent-ils précisément ?

Le jour de l’élection, « le premier mardi qui suit le premier lundi de novembre », soit le 3 novembre cette année, les électeurs ont été appelés à noircir la case correspondant au candidat à la présidence de leur choix. Dans la forme, cependant, l’élection populaire permet en fait de choisir les grands électeurs affiliés à un candidat particulier.
Par exemple, si Joe Biden remporte une majorité des voix en Californie, les cinquante-cinq grands électeurs de l’Etat seront ceux qui ont été précédemment sélectionnés par le Parti démocrate.
Dans quarante-huit des cinquante Etats, ainsi que dans le district fédéral, le candidat arrivé en tête remporte la totalité des voix des grands électeurs en jeu sur le principe du « Winner Take All ». Dans le Maine et le Nebraska, le système diffère et inclut une dose de proportionnelle : un grand électeur est choisi dans chaque district « congressionnel » en fonction du résultat du vote populaire, puis deux grands électeurs sont désignés en fonction du résultat global dans l’Etat.

L’élection du président en tant que telle a lieu seulement « le premier lundi qui suit le deuxième mercredi de décembre ».
Les grands électeurs se réuniront dans la capitale de leur Etat et voteront directement pour le président.
Les 538 grands électeurs ne se rassemblent pas à l’échelle nationale. Le dépouillement de leur vote aura lieu quinze jours plus tard au Sénat, à Washington. Le candidat sera alors déclaré officiellement vainqueur.

Les grands électeurs sont-ils obligés de respecter le vote populaire ?

Vingt-quatre Etats ont des textes qui obligent les grands électeurs à suivre le vote populaire et à voter pour le candidat pour lequel il ont été élus. La mesure a été approuvée par la Cour suprême en 1952 (arrêt Ray vs Blair). Les grands électeurs étant désignés par les partis ou les candidats à la présidence et ayant prêté serment, ils font, dans la plupart des cas, preuve de loyauté envers le candidat et le parti.

Les cas de « trahison » sont rares : lors de l’élection de 2000, pour protester contre la faible représentation du District of Columbia dans le collège électoral, Barbara Lett-Simmons avait choisi de ne pas voter, plutôt que de voter pour Al Gore. Son refus n’a pas modifié le résultat de l’élection, George W. Bush ayant été élu avec 271 voix. En 2004, un grand électeur du Minnesota, censé voter pour John Kerry, avait par erreur voté pour John Edwards, le candidat à la vice-présidence choisi par… John Kerry.

ALT avec Le Monde

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

RDC : Le CASC salue l’élection de Modeste Bahati à la tête du Sénat

Communiqué No 004/CASC/CN/2021 Le Collectif d’actions de la société civile (CASC) , …