Home Politique Covid-19 contraint Félix Tshisekedi à participer virtuellement à la 31ème session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies

Covid-19 contraint Félix Tshisekedi à participer virtuellement à la 31ème session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies

2 min read
0
0

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, ne fera pas le déplacement des Etats-Unis d’Amérique pour participer physiquement à la 31ème session extraordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Il participera à partir de Kinshasa, par vidéoconférence à cette session qui est consacrée à la pandémie de Covid-19.

 La pandémie de Covid-19 a tout bouleversé à travers le monde. Au moment où beaucoup de pays font face une deuxième vague, les recherches s’accélèrent pour trouver le vaccin. Entre temps, chaque pays fait de son mieux pour limiter la propagation. En République Démocratique du Congo, elle a fait 335 victimes sur 12 858 cas confirmés dont 11 663 guéris.

Durant sa session extraordinaire de cette année, l’Assemblée générale des Nations Unies se penche sur cette pandémie et évalue notamment les réponses jusque-là proposées. Elle va certainement renforcer la réponse collective en vue d’éviter que de millions d’autres humains s’ajoutent aux 1, 3 million de morts sur les 54 millions de personnes infectées.

Toutefois, Félix Tshisekedi semble avoir la tête ailleurs, lui qui se bat contre ses encombrants alliés du Front Commun pour le Congo (FCC). La 31ème session extraordinaire de l’Assemblée nationale des Nations Unies sera donc une occasion pour lui d’étaler à la face des décideurs mondiaux ce qu’il compte faire pour mettre fin à la  crise politique qui prévaut en République Démocratique du Congo.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

RDC: Le cabinet du VPM des Affaires étrangères dément les rumeurs faisant état de risque de rupture de stocks des passeports ordinaires

Le démenti est du Ministère des Affaires étrangères et porte la signature de Bernard Mpets…