Home Politique Enjeux politiques: Chasser Jeanine Mabunda pour en finir avec Sylvestre Ilunga ?

Enjeux politiques: Chasser Jeanine Mabunda pour en finir avec Sylvestre Ilunga ?

8 min read
0
0

Au lendemain de son discours à la Nation au cours duquel il a notamment annoncé la fin de la coalition FCC-CACH et sa décision de nommer un informateur pour identifier la nouvelle majorité parlementaire, le Président de la République, Félix Tshsikedi, a convoqué le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba à la cité de l’Union Africaine. De leurs échanges qui se sont déroulés à huit clos, peu de choses ont filtré.

Mais, selon des informations publiées par JeuneAfrique, le Chef de l’Etat lui aurait demandé de démissionner. En réponse, le Chef du gouvernement aurait expliqué qu’il ne démissionnerait pas car, bénéficiant encore du soutien de la majorité parlementaire. En difficulté de nommer un informateur sans obtenir la démission du Gouvernement, le Président de la République aurait un plan bien élaboré, lequel serait déjà en marche. Explication.

« En conséquence, j’ai décidé de nommer un INFORMATEUR, conformément aux dispositions de l’article 78, alinéa 2, de la Constitution. Il sera chargé d’identifier une nouvelle coalition réunissant la majorité absolue des membres au sein de l’Assemblée Nationale. C’est avec cette nouvelle coalition que le Gouvernement qui sera mis en place au plus vite, conduira son action durant le reste du quinquennat, suivant Ma vision, dans le but de répondre aux aspirations du peuple », ces propos du Chef de l’Etat dans son adresse à la Nation ont signé ni moins ni plus la fin de la coalition FCC-CACH.

Mais avant, Félix Tshisekedi a tenu à expliquer ce qu’il entend par l’Union sacrée qu’il compte mettre en place. « Par Union Sacrée, j’entends une nouvelle conception de la gouvernance basée sur les résultats dans l’intérêt supérieur de la Nation. Il s’agit d’adhérer aux valeurs, principes et cadre programmatique dont je viens de fixer ici les grandes lignes. Ainsi pour rendre effectives et concrétiser les réformes envisagées, la majorité parlementaire actuelle s’étant effritée, une nouvelle majorité est nécessaire », a dit le Chef de l’Etat.

Sylvestre Ilunga appelé à choisir entre la démission ou la destitution par l’AN

Sans surprise, le Front Commun pour le Congo a rejeté en bloc les conclusions des consultations nationales, en accusant le Chef de l’Etat de violer la Constitution par des décisions autocratiques. « La désignation d’un informateur là où existe un Gouvernement de plein exercice, soutenu par une majorité confortable est une violation flagrante et intentionnelle de la Constitution. La Constitution ne reconnait pas au Président de la République la compétence de démettre le Gouvernement », a réagi le FCC dans son communiqué du lundi 7 décembre 2020.
Pour contourner cet obstacle, le camp présidentiel aurait trouvé un plan bien élaboré.

En effet, d’après de sources bien introduites, les stratèges de CACH travailleraient sur deux tableaux dont la finalité est de faire tomber le gouvernement par une motion de censure. La première étape de ce plan consisterait à faire tomber, à travers les pétitions, les membres du bureau de l’Assemblée nationale dirigé par Jeanine Mabunda et de faire installer un bureau qui serait dirigé par des proches du Chef de l’Etat. « Ensuite, précise notre source, le nouveau bureau soutenu par la nouvelle majorité, visera directement le Premier ministre par une motion. Ce sera alors la chute du gouvernement, ce qui donnera au Président de la République la possibilité de nommer l’informateur pour identifier la nouvelle majorité parlementaire ».

Ce plan semble marcher car, après l’installation du bureau d’âges à l’assemblée nationale, les pétitionnaires ont gagné quelques points et n’attendent que ce jeudi 10 décembre 2020 lors de l’examen de leurs pétitions, pour en finir avec le bureau Jeanine Mabunda.

La grande inconnue de ce plan reste la capacité des stratèges du camp de Félix Tshisekedi à rassurer ses potentiels futurs alliés issus du camp de Joseph Kabila. Encore que l’ancien Chef de l’Etat n’a pas encore dit mot depuis que sa plateforme le FCC est mise dos au mur par son sucesseur.

Junior Lomanga

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Chan Cameroun : La délégation de la RDC dégage l’odeur des détournements d’argent et de la Covid-19

La Covid-19 n’est pas le seul malheur qui frappe les Léopards à la 6eme édition du C…