Home Politique RDC: Jean Marc Kabund, le point faible de Félix Tshisekedi !

RDC: Jean Marc Kabund, le point faible de Félix Tshisekedi !

9 min read
0
0

Alors que le secret est indispensable dans une démocratie, le régime de Félix Tshisekedi démontre qu’il s’en fiche. Plusieurs exemples récents, en commençant par la fuite des documents officiels à la Présidence de la République et dans le gouvernement le montrent. Le dernier acte est celui qui a vu le Président a.i de l’UDPS, Jean Marc Kabund, mettre sérieusement aujourd’hui en mal la notion de secret en République Démocratique du Congo.

Décidément, ses prises de parole risquent, si ce n’est déjà pas fait, de tuer les efforts fournis par le Chef de l’Etat dans la mise en place de l’Union sacrée pour la Nation.

Lors de ses échanges, mardi 19 janvier 2021, avec la centaine des députés nationaux du FCC qui ont rejoint l’union sacrée de la nation, Jean Marc Kabund a savonné Moise Katumbi et Jean-Pierre Bemba. Révélant dans les moindres détails le contenu et même le déroulement de la dernière réunion entre les Présidents de Ensemble pour la République et du MLC avec le Chef de l’Etat, réunion à laquelle il a été associé, celui que l’on considère comme le général de rue a tiré à boulets rouges sur ces deux leaders.
Il les a notamment accusés d’avoir exigé des postes en échange de leur adhésion à l’union sacrée.

Un audio de sa médisance à l’égard de ces deux potentiels alliés de Félix Tshisekedi est devenu le choux gras des utilisateurs de réseaux sociaux. Du coup, il y a lieu de s’interroger sérieusement sur le jeu auquel jouerait le Président ai de l’UDPS. Roule-t-il vraiment pour le Président de la République ou aurait-t-il son propre agenda, qu’il n’a pas encore dévoilé ? En tout cas, quelles que soient les réponses à apporter à ces questions, une chose mérite d’être soulignée : Kabund n’est pas fait pour accéder aux secrets.
Pour s’en rendre compte, il suffit de fouiner dans son passé que nous avons résumé en cinq points.

  1. Caressant l’espoir d’un partage équitable des responsabilités avec la Kabilie, Jean Marc Kabund avait exprimé son hostilité à Moise Katumbi et aux membres du G7 lors des négociations de l’accord de la Saint Sylvestre, déclarant notamment publiquement ne pas leur reconnaitre la qualité d’opposants alors que de son vivant, Etienne Tshisekedi les considérait comme tels.
  2. Alors Secrétaire Général de l’UDPS, Jean Marc Kabund avait menacé publiquement Félix Tshisekedi de destitution de son poste de Président du parti après la désignation de Martin Fayulu comme candidat de la coalition Lamuka à la présidentielle de 2018. Il avait notamment donné 48 heures à son président pour se retirer de l’accord de Genève. Même si le retrait de sa signature l’a conduit au pouvoir, Félix Tshisekedi était sans doute humilié par le secrétaire Général de son parti.
  3. Alors 1er Vice-président de l’Assemblée nationale, Kabund avait, à la veille de la tenue du Congrès du parlement devant voter l’état d’urgence sanitaire, argué que le congrès couterait 7 millions de dollars. Il révélait de ce fait un des secrets financiers qui étaient jusque-là mieux gardés. La suite de l’histoire est connue de tous : il a été destitué du bureau de l’Assemblée nationale mais avant d’en arriver là, un autre épisode de son passé, moins connu du grand public mérite d’être signalé. C’est le quatrième point.
  4. Visé par une pétition, Kabund avait intentionnellement violé les usages qui veulent qu’un membre du bureau incriminé n’assiste pas à la réunion au cours de laquelle son cas sera examiné. En effet, il aurait forcé les portes de Jeanine Mabunda avant de l’arroser des insultes vulgaires dignes d’un homme de la rue. Ces insultes ont donné lieu à une séance de pugilat avec Boniface Balamage, à l’époque deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale.
  5. Le Président de la République a jeté son dévolu sur Patricia Nseya Mulela en vue le succéder au poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale. Alors que ce choix indiquait que le parti présidentiel a opté pour reprendre sa chaise au bureau, Kabund y a mis son veto et ce poste n’a jamais été comblé.

Malgré une réussite toute relative des stratégies mises en place jusqu’à ce jour par Félix Tshisekedi et ses hommes, les faits montrent qu’il ne devrait pas beaucoup se fier à Kabund,ce dernier étant plus à l’aise dans un rôle de « Général de rue » que dans celui d’un homme d’Etat.
Malheureusement, les faits montrent que Felix Tshisekedi a un faible pour Kabund, qui n’hésite pas de le reconnaitre et de le dire à qui veut l’entendre.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Candidat à la questure du Sénat : Dieudonné Fikiri, le profil qui déclasse ses adversaires

Après la publication de la liste définitive des candidats retenus pour les élections des m…