Home Politique Démission ou destitution : Sylvestre Ilunga remet Joseph Kabila au centre du jeu politique

Démission ou destitution : Sylvestre Ilunga remet Joseph Kabila au centre du jeu politique

6 min read
0
1

Dans une déclaration signée ce dimanche 24 janvier 2021, le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, a annoncé son déplacement à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. Officiellement, il doit s’entretenir avec Joseph Kabila, Autorité morale du Front Commun pour le Congo (FCC), sur les enjeux politiques de l’heure, notamment au sujet de la motion de censure qui vise son gouvernement.

Visé par une motion de censure qui a été signée par 301 députés nationaux, le Premier ministre est attendu à l’Assemblée nationale ce mardi 26 janvier 2021. Le seuil de recevabilité de cette motion initiée par Chérubin Okende étant dépassé, il n’a visiblement plus assez de chance d’échapper à une destitution et celle de son gouvernement. Des appels à sa démission fusent de partout, venant même de son propre gouvernement.

Des informations publiées le week-end dernier dans la presse font état de son refus de se présenter devant l’Assemblée nationale au motif que le bureau d’âge n’aurait pas qualité de traiter cette matière.

Ce ne sont que des rumeurs! C’est le Premier ministre qui le dément dans la déclaration qu’il a signée de sa propre main avant de se rendre à Lubumbashi. « J’ai lu dans divers médias des commentaires en mon nom des personnes s’auto proclamant proches du Premier ministre. En ce qui me concerne, la seule personne mandatée pour parler en mon nom, c’est mon Porte-parole », a souligné Sylvestre Ilunga.

Le chef du gouvernement a donné le motif de son déplacement dans le Chef-lieu de la province du Haut-Katanga. « Je pars à Lubumbashi pour une réunion avec Son Excellence Joseph Kabila Kabange, Autorité morale du Front Commun pour le Congo. C’est lui qui a proposé mon nom comme candidat Premier Ministre. Ce qui a permis ma nomination, par Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État », a-t-il expliqué.
A travers ces quelques phrases, le message du Premier ministre est clair: seul Joseph Kabila peut lui demander de démissionner ou de s’en téter. Ce qui revient à dire qu’il lui renvoi aussi la responsabilité de l’échec du gouvernement.

Du coup, il y a lieu de déduire que le principal blocage de son action maintes fois dénoncé par le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo, se trouve être l’autorité morale du FCC. Sinon, le Premier ministre n’aurait pas besoin d’effectuer ce déplacement pour recevoir des ordres de Joseph Kabila.
« Si pour décider de l’option à lever face à la motion qui vise son gouvernement il doit impérativement recourir à l’autorité morale du FCC, c’est qu’à chaque fois qu’il avait des décisions importantes à prendre pour la marche du pays, il faisait la même chose. Et comme son gouvernement a échoué, il est évident que le principal responsable de cet échec est la personne qui lui donnait et lui donne encore des ordres », tranche un analyste pilitique.

Junior Lomanga

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Notable du Grand Katanga: Fridolin Kasweshi confirme qu’aucun doute n’est permis sur la nationalité congolaise de Sama Lukonde

Suite à la publication par Alternance.CD de la lettre d’un avocat qui a créé la sens…