Home Politique Incursion des miliciens à Lubumbashi : Mposhi wa Mposhi dénonce une main noire politicienne

Incursion des miliciens à Lubumbashi : Mposhi wa Mposhi dénonce une main noire politicienne

4 min read
0
0

Une vive tension a été observée, dimanche 14 février 2021, à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga, où des miliciens ont attaqué le camp militaire de Kimbembe avant d’être repoussés par les forces de l’ordre.

D’autres se sont retrouvés vers l’avenue Kibati au quartier Industriel où se trouve le dépôt d’armement des FARDC. Là aussi, ils ont été mis en déroute par les FARDC. Joint au téléphone sur place, le défenseur des droits de l’homme, Mposhi wa Mposhi révèle que le crépitement des balles a d’abord été entendu près de chez le général John Numbi, au rond-point Carrefour. Ce dernier est un proche de Joseph Kabila, actuellement réfugié au Katanga alors qu’il perd des plumes dans le bras de fer qui l’oppose au président Félix Tshisekedi qu’il a pacifiquement passé le pouvoir.

Au cours de ces altercations en pleine ville de Lubumbashi, 11 maï maï arrêtés du côté kibati ont été acheminés à la 22ème région militaire pour audition. Des pertes en vies humaines ont été enregistré mais jusqu’à présent aucun nombre précis est donné.

Qui est derrière ces miliciens ?

Sadok Mposhi wa Mposhi, sans aller sur le dos de la cuillère, martèle qu’une main noire noire des politiques originaires du Grand Katanga serait dernière ces incursions. Il révèle que ces derniers revendiquent l’indépendance du Katanga comme à l’époque de Moïse Tshombe dans la lutte de la sécession katangaise.
Pour preuve, une autre aventure a été étouffée, le vendredi 15 janvier 2021 à Kasumbalesa, dans le Haut-Katanga faisant suite à la marche de l’Union des jeunes katangais réclamant l’indépendance du Katanga auprès de l’ONU.
« Depuis le retrait de Joseph Kabila sur la scène politique, en se réfugeant dans une de ses fermes dans le Haut-Katanga, les langues se délient de temps en temps sur une probable session katangaise si le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi ne prend pas garde. L’insécurité et les tensions tribalistes ont pris de l’ampleur », alerte Sadok Mposhi wa Mposhi.

Jules Ntambwe

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Kinshasa: Un policier ivre gaspille deux précieuses munitions à Maluku

Les habitants des avenues situées aux alentours de la morgue de Maluku, située la commune …