Home Politique Le Comité Laïc de Coordination décerne le Prix Bakanja-Kimbangu au Dr Denis Mukwege

Le Comité Laïc de Coordination décerne le Prix Bakanja-Kimbangu au Dr Denis Mukwege

18 min read
0
0

Énième prix pour Dr Denis Mukwege. Ce samedi 20 février 2021, le Comité Laïc de Coordination (CLC) lui a décerné le Grand prix de mérite patriotique Bakanja-Kimbangu, en guise de reconnaissance au travail qu’il abat au pays depuis plusieurs décennies, notamment pour apporter les soins aux survivantes de violences sexuelles et sa lutte contre l’impunité sur les crimes commis en RDC.

Chevalier de la Légion d’honneur, prix des Droits de l’homme de la République française, prix Olof Palme, prix des droits de l’homme des Nations unies, prix Van Goedart (Pays-Bas), Clinton Global Citizen Award (prix de la fondation Clinton), prix Jean-Rey prix international Roi Baudouin pour le développement, prix de la paix de la ville d’Ypres German Media Prize font partie des prix qui ont été décerné au célèbre gynécologue congolais.

A cela s’ajoutent le Grand prix de la fondation Chirac pour la prévention des conflits, le prix Nobel alternatif (prix Right Livelihood), Hillary Clinton Award, décerné par le GIWPS (Georgetown Institute for Women, Peace and Security), Inamori Prize for Ethics (Japon – États-Unis), prix Primo Levi (Italie), prix Solidarité du CHU Saint-Pierre et Médecins du Monde (Belgique), prix Sakharov, remis au Parlement européen lors d‘une séance solennelle, médaille de l’Académie royale des sciences d’outre-mer (Belgique), prix « Héros pour l’Afrique » remis au Parlement européen par la Fondation pour l’égalité des chances en Afrique, prix Renfield de l’université de Pennsylvanie (États-Unis), prix des Quatre Libertés, décerné par la Fondation Franklin Delano-Roosevelt pour la Liberté de Vivre à l’Abri du Besoin, remis en présence du roi Willem-Alexander des Pays-Bas, de la reine Màxima, et de la princesse Beatrix et le prix Grand Témoin de La France Mutualiste, décerné par le Jury Junior pour son livre Plaidoyer pour la vie.

Le plus célèbre de ces prix est sans doute le prix Nobel de la paix que Dr Denis Mukwege a partagé avec l’Irakienne Nadia Murad en 2018.

En termes de distinctions universitaires, on peut citer entre autres, les titres de docteur honoris causa de l’université d’Umeå (Suède); médaille Wallenberg de l’université du Michigan; docteur honoris causa de l’université catholique de Louvain (UCLouvain), qui met en avant son « anticonformisme porté par des valeurs de liberté, respect et audace »; docteur honoris causa de l’université Harvard; docteur honoris causa de l’université d’Angers; docteur honoris causa de l’université de Liège; docteur honoris causa de l’université de Pennsylvanie; docteur honoris causa de l’université nouvelle de Lisbonne (Nova); docteur honoris causa de l’Université de Montréal.

En République Démocratique du Congo, il a été honoré notamment par l’Université Protestante au Congo(UPC) qui lui a décerné le titre de Docteur honoris causa.
A la longue liste de ces distinctions et titres qui ont été remis à « l’homme qui répare les femmes », il faut dorénavant ajouter le Grand Prix de mérite patriotique Bakanja-Kimbangu.

Voici le discours que Dr Denis Mukwege a prononcé ce samedi, à partir de Bukavu, à l’occasion de la remise de ce prix.

Allocution du Dr Mukwege à l’occasion de la remise du Prix Bankanja-Kimbangu

                Kinshasa le 20 / 02/ 2021

Monsieur le Coordonnateur National du Comité Laïc de coordination, cher Prof Ndaywel,
Mesdames et Messieurs les membres du Comité Laïc de Coordination,
Distingués invités,
Amis de la justice et de la paix,

Je suis honoré de recevoir ce Grand-Prix de Mérite patriotique Bakanja-Kimbangu 2021.
Honoré de voir associer, sans fausse modestie, mon nom et notre engagement à l’hôpital et à la Fondation Panzi à la mémoire de Bakanja et Kimbangu, deux héros de l’histoire de notre pays.

Honoré de recevoir ce Prix aux côtés de Son Eminence le Cardinal Monsengwo et des mains de Son Eminence le Cardinal Fridolin Ambongo, deux références structurantes de notre pays.

Honoré parce ce prix m’est décerné par vous, chers membres du CLC, et surtout, chers compagnons de lutte pour la démocratie, la justice, le développement de notre pays, le mieux-être de notre population, la dignité de notre Nation et la Paix.

A l’instar de nombreux compatriotes, je suis admiratif de votre engagement citoyen. Ces dernières années, en dépit de la répression féroce du régime précédent, vous vous êtes dressés vaillamment contre l’écrasement de notre population, pour la tenue des élections et pour l’alternance politique. Votre idéal et votre courage forcent le respect. Ils resteront un exemple et une source d’inspiration pour notre jeunesse et les générations à venir.

Mesdames et Messieurs,
Chers compatriotes,

Je regrette profondément de ne pas être physiquement avec vous. Les restrictions sécuritaires dans lesquelles je vis ne le permettent pas. Mais sachez que de Bukavu d’où je vous parle, mon cœur vibre de la même émotion et de la même vision et même élan pour l’avenir de notre cher pays.

En ce moment de joie, en ce moment de répit après tant de batailles menées ensemble pour l’avènement d’une vraie démocratie dans notre pays, par devoir de mémoire, mes pensées vont d’abord vers nos compagnons de lutte tombés sur le champ de l’honneur.

Je pense, à Luc Nkulula, à Rossi Mukendi, à Thérèse Kapangala, à Usene Ngandu, à Junior Bikele, à Floribert Chebeya et à ces milliers d’autres héros et héroïnes connus et anonymes, morts pour notre peuple, morts pour notre patrie.

C’est avant tout à eux que je dédie ce prix, avec l’espoir que leur ultime sacrifice restera un terreau du courage et du patriotisme pour notre peuple. Avec l’espoir que leur idéal immortel continuera à éclairer les sentiers de l’avenir de notre pays

Je dédie également ce Prix et cet honneur aux survivantes des violences sexuelles que nous prenons en charge à l’hôpital et à la Fondation Panzi, ainsi qu’à mes collaboratrices et collaborateurs qui au quotidien luttent sans relâche contre la barbarie humaine.

Mesdames et Messieurs,

L’environnement politique actuel dans notre pays ne devrait nous faire oublier que les combats pour la démocratie, le développement, la dignité, la justice et la paix sont par essence inachevés.

Aujourd’hui et demain, nous devrons rester vigilants et exigeants afin que les maux que nous avons combattus dans les précédents régimes ne resurgissent de manière insidieuse.

Par honnêteté intellectuelle nous devrions acclamer et encourager les avancées. Cependant, le sens du devoir nous commande aussi de dénoncer les mauvaises pratiques et proposer des alternatives.

Le travail de sensibilisation et de mobilisation pacifique de notre population devrait continuer sans relâche. Nous avons devant nous des chantiers à faire avancer et un agenda important pour la bonne gouvernance de notre pays.

L’année 2023 pointe à l’horizon. Ce sera l’année des nouvelles échéances électorales. Nous ne devrions pas attendre la veille pour présenter nos propositions aux autorités politiques du pays.

Travaillons avec elles pour que ces élections soient les plus libres, les plus démocratiques et les plus crédibles de l’histoire de la Rd Congo.
Travaillons avec elles pour que les élections locales soient enfin organisées.
Travaillons avec elles pour une meilleure gouvernance économique et sociale de notre pays.

Mesdames et Messieurs,
Amis de la justice et de la paix,

J’ai précédemment évoqué le devoir de mémoire envers les héros et les héroïnes de l’alternance démocratique de notre pays. Ils nous ont légué en héritage la continuation de l’engagement qui était le leur. Je suis persuadé qu’en continuant la lutte, nous devrions faire de telle sorte que leur assassinat, leur martyre et celui de millions de nos compatriotes, ne reste impuni.

Telle est la raison pour laquelle nous sommes engagés depuis plusieurs années pour réclamer la mise en application des recommandations du Rapport Mapping des Nations Unies sur les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité, voire les crimes de génocide commis sur notre territoire depuis trois décennies.

Ces crimes, et tant d’autres commis après le Rapport Mapping, ne devraient rester impunis.

Je profite de cette occasion pour remercier les nombreuses organisations de notre société civile, les églises, les corporations professionnelles, mais aussi notre Gouvernement, pour s’être approprié cette exigence de la justice et mener avec nous un plaidoyer pour l’instauration d’un Tribunal Pénal International pour la Rdc et/ou les chambres spécialisées mixtes.

Nous sommes maintenant très nombreux en RD Congo à être convaincus que sans la vérité sur les crimes dans notre pays, sans la Justice et les réparations, le développement de notre pays, la réconciliation régionale et la Paix resteront hypothéqués.

Mesdames et Messieurs,
Chers compatriotes,
Chers amis,

Je termine en réitérant mes remerciements à mes compagnons de lutte du CLC pour ce précieux Prix.

Je leur tends la main et les exhorte à mettre à profit l’embellie politique actuelle pour achever les chantiers électoraux, contribuer à l’indispensable réforme des institutions de notre pays, labourer ensemble le champ des valeurs capitales pour la renaissance de notre Nation et semer l’espoir dans les cœurs de notre population et les rêves des générations à venir.

Je vous remercie

Bukavu le 18 / 02/ 2021

Prof Denis Mukwege.

Lire dans la même catégorie

Prix Nobel de la paix 2018: Denis Mukwege reçoit sa récompense ce lundi 10 décembre à Oslo

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Enterinement des membres de la CENI: Katumbi exprime à Félix Tshisekedi ses inquiétudes

Le climat politique devient de plus en plus maussade depuis l’enterinement des membr…