Home Politique Gouvernement : A quoi ont servi les consultations ?

Gouvernement : A quoi ont servi les consultations ?

6 min read
0
0

Après plus de quatre mois des consultations menées par le Chef de l’État, l’informateur et le Premier ministre, la mise en place du gouvernement de l’Union sacrée de la Nation traine le pas.

Alors que les députés nationaux reprennent le chemin du Palais du peuple ce lundi 15 mars 2021 pour une session ordinaire qui n’aura rien d’ordinaire au regard des enjeux de l’heure, la publication du gouvernement se fait toujours attendre.

L’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) est à la base de ce blocage. Pour cause, le Secrétaire Général du Parti présidentiel, Augustin Kabuya a avoué, dimanche 14 mars dernier, que son parti a enregistré plus de 80 ministrables pour huit postes qui lui a été attribués.

Du coup, on se pose la question de savoir si réellement le camp présidentiel a la volonté d’apporter le changement tant promis à la population.
Après son élection en décembre 2018, Félix Tshisekedi a mis quatre mois pour nommer son tout premier Premier ministre, Sylvestre Ilunga, le 20 mai 2019. Ce dernier a attendu à son tour trois mois pour dévoiler son gouvernement, le 26 août de la même année. A l’époque, c’est le Front Commun pour le Congo(FCC) qui était accusé de retarder la mise en place du gouvernement, à cause disait-on ça et là, de la gourmandise des Kabilistes, qui étaient accusés de vouloir conserver presque tous les ministères stratégiques. Il y a eu tout ce qu’il y a eu et la famille politique de Joseph Kabila a été écartée de la gestion du pays.

Seul maître du jeu, Félix Tshisekedi a, après d’âpres consultations qui ont abouti au basculement de la majorité parlementaire, nommé un nouveau premier ministre le 15 février 2021.
Un mois plus tard, et après d’autres longues consultations, la fumée blanche n’est toujours pas visible. Question : qui bloque encore Fatshi?

La réponse se trouverait dans une déclaration faite dimanche dernier par le Secrétaire Général de l’UDPS lors d’une manifestation à Lingwala. « J’avais responsabilisé toutes les structures du Parti pour mettre en place des commissions de gestion des ambitions. Mais à notre grande surprise, sur 8 postes, nous avons 72 candidats. C’est comme ça qu’on leur a dit que même les anges ne peuvent pas trancher cette histoire. J’avais fait mon rapport au président du parti et au chef de l’État. Même les ministres du gouvernement sortant disent qu’ils doivent être reconduits. Si on mélange les 72 candidats plus 10, je suis devant une situation de 82 personnes qui veulent occuper les 8 postes. C’est ce qui bloque, prière de demander aux amis de se départager pour qu’on ne puisse avoir que 8 personnes », a avoué Augustin Kabuya.
Une telle sincérité, on ne la retrouve qu’au sein de l’UDPS.

Junior Lomanga

Dans la même catégorie :

RDC: Trois mois et demi de consultations avec les mêmes acteurs…

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Gouvernement Sama Lukonde : Les principaux enseignements à retenir

Après deux mois d’une longue attente marquée par des rumeurs allant dans tous les sens, le…