Home Politique Amélioration du social de la population: On en rêve(encore) sans y croire

Amélioration du social de la population: On en rêve(encore) sans y croire

7 min read
0
0

La crise sociale jointe à la crise sanitaire qui frappe la République Démocratique du Congo modifie la mentalité de la population. Vivant dans l’incertitude absolue et dans la peur du lendemain, certains congolais, particulièrement les habitants de Kinshasa semblent ne vivre que pour le présent, sans perdre tout espoir que ça ira mieux un jour. Reportage.

Jiptie, la trentaine révolue, habitant un quartier populaire de la commune de N’djili dans le district urbo-rural de la Tshangu n’est plus intéressé par la politique. Un temps sympathisant de Martin Fayulu, il était sorti dans la rue le jour de l’annonce de la victoire de Félix Tshisekedi à l’élection présidentielle de décembre 2018. Il se rappelle avoir «fêté le changement » dans l’espoir que sa situation sociale allait changer. Rien n’a été fait dans le sens de ses attentes mais il avait célébré avec acclamation l’annonce par le Chef de l’État de la fin de la coalition FCC-CACH en novembre dernier. Quatre mois plus tard, il regrette son « temps perdu à croire aux promesses politique ».

A la question de savoir s’il a encore de l’espoir que sa situation sociale et celle de ses concitoyens s’améliorera, Jiptie se montre hésitant sans être sceptique.

A une dizaine de kilomètres de N’djili, Evodie, une habitante du quartier de la commune de Limete ne manque ni à manger ni un moyen de transport mais se montre plus sceptique. Mère célibataire, elle reconnait que le père de son enfant lui vient de temps en temps en temps en aide mais que rien ne se passe comme il espérait.

« Mon ex travaille à la présidence de la République. C’est lui qui paie le loyer et la restauration pour nous. Qu’à cela ne tienne, il peine à réunir les moyens nécessaires pour se marier avec sa nouvelle compagne », laisse-t-elle entendre.

De son côté, Ghislain a célébré son trente deuxième anniversaire de naissance en février dernier admet que s’il ne se marie pas, c’est par manque de moyens financiers.

Plus inquiétant, cet habitant du très ambiant quartier Yolo Kapela dans la Commune de Kalamu se plaint des « départs en série » de ses copines qui « ne supportent pas » de le voir toujours au chômage cinq ans après avoir décroché une licence en Sciences Politiques et Administratives.

Que d’espoirs sur le Gouvernement Sama Lukonde!

Interrogé sur ses perspectives d’avenir, il se montre curieusement confiant, citant fidèlement des extraits de certains discours du Chef de l’État. Pour lui, c’est une question de temps car soutient-il, « Félix Tshisekedi ne s’est pas séparé du FCC de Joseph Kabila pour maintenir la population dans la misère actuelle ».

De Yolo à Gombe, on a rendez-vous avec Athanase, un chef d’entreprise à qui tout semble sourire. Cadre de l’UDPS, une photo de lui avec Félix Tshisekedi orne son petit bureau déserté depuis févier dernier par deux de ses quatre employés. Contactés au téléphone, ils affirment avoir volontairement quitté ce boulot pour « aller voir ailleurs dans l’espoir de trouver mieux ». Après vérification, leur entreprise fait partie des sociétés qui attendent le paiement du gouvernement pour exécuter un projet dont elle a déjà obtenu le marché depuis 2019.
Sans se cacher, notre chef d’entreprise finit par admettre que rien ne va et qu’il doit trois mois d’arriérés de loyer à son bailleur.

Au retour vers la Rédaction, le journaliste d’Alternance.CD qui l’a interrogé est obligé d’emprunter un taxi moto, faute de transports en commun sur le boulevard du 30 juin. Le taximan ne voile pas son militantisme. Parlant un lingala ponctué d’un accent Tshiluba, il admet que « ça ne va pas » mais nuance que « le gouvernement Sama Lukonde va tout résoudre ». A chacun son opinion.
Junior Lomanga

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Mise en place à l’ESPT: Tony Mwaba crache sur la mémoire de Patrice Lumumba

Aucun directeur provincial ressortissant du Sankuru, province d’origine du Héros nat…