Home Politique Instabilité des institutions provinciales : Le triste exemple du Grand Kasaï

Instabilité des institutions provinciales : Le triste exemple du Grand Kasaï

9 min read
0
0

Signe de la mal portance des institutions provinciales, la déchéance des gouverneurs est devenue une épidémie en République Démocratique du Congo. Région d’origine du Président de la République, le Grand Kasaï semble être l’épicentre de cette crise.

Le Gouverneur Dieudonné Pieme Tutokot du Kasaï en est la dernière victime. Ce mercredi 21 avril 2021, 22 députés provinciaux sur 28 présents dans la salle ont voté pour son départ.
Il rejoint dans les rangs des destitués ses ex collègues gouverneurs du Kasaï Central, Martin Kabuya et du Kasaï Oriental, Jean Maweja.

Décidément, Sylvain Lubamba Mayombo de la Lomami et Joseph Stéphane Mukumadi du Sankuru restent les seuls gouverneurs de l’espace Grand Kasaï à résister à la vague de destitutions de chefs des exécutifs provinciaux. Pour combien de temps encore? Mystère. Entre temps, ça sent mal pour le bureau de l’Assemblée provinciale du Sankuru, déjà neutralisé administrativement par la Cour d’appel de Lusambo.

La mise en garde de Fatshi ignorée

En décembre 2019, le Président de la République, Félix Tshisekedi haussait déjà le ton contre le fait « qu’ il y ait des intérêts politiques et mesquins des individus qui tentent de déstabiliser ces institutions provinciales ».
Il avait alors pris le soin de rappeler que « la décentralisation est l’expression de la confiance faite au peuple qui doit prendre son destin en main en participant activement à la définition de la mise en oeuvre des politiques de développement ».

Une année et demi plus tard, force est de constater que les institutions provinciales sont de plus en plus instables. Et, ce ne sont pas les seules provinces du Grand Kasaï qui sont concernées.

Dans le Grand Bandundu par exemple, aucune province n’a été épargnée. Ainsi, après la démission de l’ancien gouverneur du Mai-Ndombe, Paul Mputu fin juin 2020, quelques heures avant la séance plénière qui devait se pencher sur la motion de défiance lui adressée, son ex collègues du Kwango, Jean-Marie Peti Peti a lui, été destitué. Ils ont été réhabilités en novembre dernier par le Vice-premier ministre de l’intérieur, Gilbert Kankonde au motif que le Président de la République n’a pas pris acte de leurs démissions.

Les Présidents des Assemblées provinciales du Grand Katanga décimés

Dans le Grand Katanga, ce sont les Présidents des Assemblées provinciales qui ont été destitués et remplacés notamment dans le Haut-Katanga et le Tanganyika. La seule tâche noire dans les provinces issues du démembrement de l’ancienne province du Katanga vient du Haut-Lomami dont l’ex gouverneur Marcel Lenge Masangu Mpoyo a été destitué et n’a pas obtenu gain de cause à la Cour Constitutionnelle; sa requête demandant à la haute cour de déclarer inconstitutionnelle la motion de défiance adoptée par l’Assemblée provinciale ayant été déclarée irrecevable.

La situation est tout aussi relativement stable dans les provinces issues du démembrement de l’ex province de l’Equateur.

Là, en dehors de l’ex- Gouverneur de la Mongala, Crispin Ngbundu destitué et Izato Nzege du Nord-Ubangi destitué puis réhabilité par Kinshasa, il n’y a pas grand chose à signaler. Le Sud-Ubangi, l’Équateur et la Tshuapa sont relativement calmes.

Sur les quatre provinces issues du démembrement de l’ex province Orientale, seule la province du Haut-Uele n’a pas encore assisté à la destitution du Gouverneur Christophe Baseane Nangaa. Ses collègues Jean Bamanisa (Ituri), Valentin Senga Paysayo (Bas-Uele) et récemment Walle Lufungula de la Tshopo ont été destitués par leurs assemblées provinciales.

L’inamovible Ngobila se la coule douce à Kinshasa

Dans le Grand Kivu, en dépit du bras de fer entre le Gouverneur du Sud-Kivu, Théo Ngwabidje et l’Assemblée provinciale, seul le Gouverneur du Maniema, Auguy Musafiri a été destitué avant d’être réhabilité par Kinshasa. Leur collègue du Nord-Kivu, Carly Nzanzu est calme.

Pour compléter cette liste, le Gouverneur du Kongo Central, Atou Matubuana a résisté à la pression de l’Assemblée provinciale grâce notamment au soutien de Kinshasa. Finalement, c’est l’ancien Président de l’organe délibérant, Pierre Anatole Matusila qui a sauté, laissant place à Jean-Claude Vuemba.
A Kinshasa, ni le Gouverneur Gentiny Ngobila, ni le Président de l’Assemblée provinciale, Godé Mpoyi n’ont été sérieusement inquiétés malgré quelques initiatives parlementaires prises à leur encontre.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Éclatement de l’UNC: Baudouin Mayo va-t-il achever ce que Vital Kamerhe a entamé?

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) traverse une trouble crise. Se battant pour …