Home Politique Avec le projet « un toit pour enseignant » : FIB appuie le programme du Gouvernement Sama!

Avec le projet « un toit pour enseignant » : FIB appuie le programme du Gouvernement Sama!

5 min read
0
0

A travers un document rendu public la semaine dernière, l’administrateur du Fonds Isidore Bakanja(FIB), Crispin Nlanda Ibanda, remercie et félicite le programme du gouvernement qui sera présenté à l’Assemblée nationale ce lundi 26 avril 2021.

Pour lui, ce programme ouvre grandement la voie à la collaboration entre l’État et les privés engagés à réaliser des projets de développement, notamment dans le domaine social, secteur dans lequel le Fonds Bakanja a d’importants projets d’intérêt national.

Il s’agit particulièrement de logements sociaux avec le projet-phare « un toit pour l’enseignant » ; secteur agricole avec l’implantation des villages-fermes ; secteur de l’énergie avec la construction des micro-barrages dans les territoires ruraux.

Même si le texte du programme ne cite pas les noms des acteurs privés engagés dans ce secteur et qui ont présenté des projets au gouvernement via les ministères sectoriels concernés, le FIB reconnait son apport lorsque le gouvernement parle notamment du programme de logements sociaux à construire par corporation professionnelle, programme intitulé « un toit pour chacun ».

C’est l’extension, du reste prévue, du projet « un toit pour l’enseignant » que le FIB tente de mettre en place depuis 2015.

Ce projet était bloqué sous le régime PPRD par les différents ministres de l’urbanisme et habitat et même ceux de l’enseignement, pour des raisons politiciennes. Au FIB on soutient que « les ministres le bloquaient parce qu’il s’agissait d’un projet initié par le Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo, une structure de l’Eglise catholique, considérée comme ennemi du régime Kabila ».

A en croire Crispin Nlanda, la dissolution de la coalition FCC-CACH a permis de faire bouger les lignes.

En novembre 2020, le ministre de l’Urbanisme et Habitat a signé les arrêtés attendus depuis 2015. Le retard pris a certes découragé les enseignants, les constructeurs et les bailleurs qui s’étaient annoncés au début du projet. Mais, à quelque chose malheur est bon, dit Crispin Nlanda, les blocages ont permis au Fonds Isidore Bakanja de redoubler d’efforts pour trouver des solutions à l’épineuse question du gap budgétaire du projet, étant entendu que les enseignants ne peuvent prendre en charge tout au plus que 30% du coût des maisons décentes qu’on leur doit.

Le FIB a trouvé un système de financement avec des partenaires qui sont prêts non seulement à financer ce projet mais aussi à accompagner la RDC à relever les défis du manque de ressources financières nécessaires pour bâtir les grandes infrastructures dont le pays a besoin notamment dans le secteur énergétique et les voies de communications.

L’administrateur du Fonds Bakanja attend impatiemment l’entrée en fonction des nouveaux ministres pour signer le contrat du partenariat public privé que le gouvernement appelle de tous ses vœux.

G.K.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sud-Kivu : Suite aux fustigations de la population, Daniel Aselo ordonne l’arrêt du projet d’érection d’un cimetière à Nyatende

C’est ce qu’on appelle être proche du peuple pour répondre à ses attentes. En …