Home Politique ESU: Muhindo Nzangi, trop de vitesse et des gaffes au passage!

ESU: Muhindo Nzangi, trop de vitesse et des gaffes au passage!

8 min read
0
0

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU), Muhindo Nzangi veut marquer les points dans son secteur. A cet effet, il multiplie les déclarations, les actions et en fait un peu trop au point qu’à peine deux semaines après son entrée en fonction, certains acteurs de l’ESU critiquent déjà ses méthodes.

Gouverner c’est prévoir dit-on. Ce dicton semble avoir une autre signification en République Démocratique du Congo, tellement l’improvisation est considérée comme un mode de gestion.

A peine installé, le Ministre de l’enseignement supérieur et universitaire a donné le ton de son mandat en se prononçant contre la vente des syllabus dans les universités.

Quelques jours plus tard, le Président de la République, Félix Tshisekedi, a lors d’une visite à l’Université Pédagogique Nationale(UPN) le 5 mai 2021, annoncé aux étudiants que « dès que le Wifi sera installé, je ne voudrai plus entendre parler de la vente des syllabus aux étudiants ».

Emportés, les étudiants ont applaudi le Chef de l’État et hué leurs professeurs en criant au voleur.

Pour le Chef de l’État, avec le Wifi gratuit sur les campus universitaires, les étudiants pourront faire des recherches et avoir des données contenues dans des syllabus vendus.
La décision émanant de l’Autorité suprême du pays, les professeurs ont encaissé et jusqu’à ce jour, tout semble aller bien.

Néanmoins, sur une séquence vidéo devenue virale dans les réseaux sociaux, on entend des étudiants, visiblement de l’Université de Kinshasa, huer une autorité que des commentaires présentent comme le Ministre de l’ESU. « Heh, toboyi promesses! », en français, « nous refusons les promesses! », scandaient-ils.

Vraiment 1 million de diplômes non signés ?

Le Ministre Muhindo Nzangi a encore fait parler de lui en annonçant, via le service de communication de son ministère, avoir trouvé plus d’un million des diplômes universitaires non signés. Il a affirmé qu’il a commencé à les signer le 11 mai 2021.

En réaction, le chargé de communication du prédécesseur de Muhindo Nzangi à l’ESU, Thomas Luhaka, a dans un communiqué, écrit que ce dernier n’a laissé aucun diplôme non signé sur la table de son successeur lors de la remise-reprise.
« Avec une population estudiantine nationale avoisinant les 650.000 dont une moyenne de 50-60.000 diplômés par an, on pourrait en 2 ans, avoir 1 million de diplômes en attende de signature? Pour atteindre ce nombre de diplômes, on devrait attendre une moyenne de 18 ans sans qu’aucun diplôme n’ait été signé », a expliqué le chargé de communication de l’ancien ministre de l’enseignement supérieur et universitaire.

Surpris par l’annonce du nouveau patron de l’ESU, Prof Lucien Zihindula a de son côté, fait des calculs qui risquent de faire rire même une veuve le jour de l’inhumation de son défunt mari.

Il estime qu’en admettant qu’il décide effectivement de signer 1 millions de diplômes, supposés déjà rangés avec des soubassements déjà vérifiés par les différentes commissions et qu’il ait en moyenne deux minutes pour prendre un de ces diplômes, il aura besoin de plusieurs années.
« Il aura besoin de deux millions de minutes (c’est-à dire 33 334 heures ) pour terminer cette besogne. En supposant qu’il soit chaque jour au bureau à 8 heures et qu’il abandonne tout pour consacrer 8 heures journalières de travail sans pause à ces signatures, il aura besoin de 4167 jours ouvrables pour terminer ».

Selon les calculs de ce professeur, en considérant les 26 jours ouvrables par mois consacrés exclusivement à ces signatures, le Ministre Muhindo aura besoin d’environ 160 mois, soit environ 13 ans rien que pour signer ces diplômes.
« Si nous lui accordons une concentration spéciale combinée à une rapidité exceptionnelle en supposant qu’il consacre une minute en moyenne à la signature de chaque diplôme il aura tout de même besoin de sept ans pour terminer », extrapole-t-il.

C’est dire que quelles que soient ses bonnes intentions, l’actuel ministre de l’ESU devrait canaliser ses actions. D’aucuns pensent qu’il devrait éviter des annonces populistes étant donné la complexité du secteur qu’il dirige.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

JIFA 2021: Me Évelyne Mulemangabo rappelle à la femme africaine son rôle naturel d’ éducatrice et conseillère

Comme pour chaque année, l’humanité célèbre ce samedi 31 juillet 2021, la journée in…