Home Politique L’État de droit en question: La levée de l’immunité de Matata Ponyo dorénavant gérée à la Cité de l’Union Africaine?

L’État de droit en question: La levée de l’immunité de Matata Ponyo dorénavant gérée à la Cité de l’Union Africaine?

7 min read
0
0

On en sait un peu plus sur les dessous des cartes de la rencontre du samedi 5 juin 2021 entre le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo et les Sénateurs membres de l’Union sacrée de la Nation. Au-delà des informations officielles fabriquées par la presse présidentielle, cette rencontre qui s’est tenue à la Cité de l’Union Africaine aurait permis aux stratèges du Chef de l’État de préparer un assaut contre un de ses potentiels adversaires en 2023, en l’occurrence l’ancien Premier ministre Matata Ponyo.

C’est en sa qualité de chef de l’Union sacrée de la Nation que Félix Tshisekedi a convoqué les 85 sénateurs membres de son camp politique. Il a eu l’habileté de les féliciter de vive voix pour avoir décidé de s’engager au sein de l’Union sacrée de la Nation.

Tout en leur rassurant qu’ils ne le regretteront pas, le Président de la République a expliqué que « la population a besoin d’une nouvelle dynamique pour répondre à ses attentes ». Les échanges ont ensuite tourné sur plusieurs sujets entre autres, l’état de siège, la recrudescence de la pandémie de Covid-19 en RDC ou encore la loi modifiant le fonctionnement de la CENI mais pas que.

Les Sénateurs sous pression

A la veille de leur rencontre avec le Chef de l’État, les Sénateurs ont examiné, vendredi 04 juin 2021, au cours d’une plénière tenue à huis clos, le réquisitoire du Procureur Général près la Cour Constitutionnelle sur la demande d’autorisation des poursuites contre leurs collègues Augustin Matata Ponyo et Ida Kamonji dans le cadre de la gestion du projet du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo. A l’issue de la plénière, le Sénat a levé l’option de mettre en place une commission spéciale pour auditionner l’ancien Premier ministre avant de remettre le rapport à la plénière qui va décider de la levée ou non de son immunité parlementaire.

A la Cité de l’Union Africaine on prend très au sérieux cette affaire. Alors que la première demande de levée d’immunités de Matata Ponyo et Ida Kamonji n’a pas aboutie, les hautes sphères du pouvoir ne voudraient pas voir leur échapper un seul détail du dossier.

Pour ce faire, plusieurs stratégies seraient mises en place. L’une consisterait à mettre sous pression les Sénateurs en vue de les pousser à agir dans le sens des attentes de ceux qui voient en Matata Ponyo un adversaire politique pour la bataille électorale de 2023 et dont il faut se débarrasser le plus tôt possible.

Dans la même logique, des associations identifiées comme proches du pouvoir préparent des manifestations avec des messages clairement menaçants à l’endroit des Sénateurs. L’objectif visé ici reste le même : lever à tout prix l’immunité du Sénateur Matata Ponyo quels que soient les arguments qu’il aura présentés à la commission qui va l’auditionner.

Ces éléments et tant d’autres pris en compte, certains observateurs crient à haute voix à une sorte d’ingérence du Président de la République dans une affaire cent pour cent judiciaire et parlementaire.
C’est le cas de India Omari, qui estime que « le président ne peut pas inviter uniquement les sénateurs pour broder sur la question de la levée des immunités de Matata ».

Pour cet acteur politique, par respect à la séparation des pouvoirs, Félix Tshisekedi ne doit pas donner des injonctions aux Sénateurs.

JPK

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

JIFA 2021: Me Évelyne Mulemangabo rappelle à la femme africaine son rôle naturel d’ éducatrice et conseillère

Comme pour chaque année, l’humanité célèbre ce samedi 31 juillet 2021, la journée in…