Home Politique Éruption volcanique et Covid-19: José Mpanda cogite avec la communauté scientifique

Éruption volcanique et Covid-19: José Mpanda cogite avec la communauté scientifique

12 min read
0
0

Conformément à sa mission consistant notamment à promouvoir la recherche scientifique et technologique, le ministère de la Recherche Scientifique et Innovation technologique conduit des réflexions sur les enjeux scientifiques du moment en République Démocratique du Congo.

Sous le haut patronage du Président de la République, le Ministre de tutelle, Maitre José Mpanda Kabangu a organisé deux journées des réflexions scientifiques consacrées à l’éruption volcanique de Nyirangongo, la recrudescence de la pandémie de Covid-19 et la nécessité de la mise en place d’un répertoire des chercheurs congolais.

Trois thèmes ont été préparés par le Conseil Scientifique national pour ces deux journées de réflexions scientifiques.
Il s’agit de l’éruption volcanique sans signes précurseurs, évaluation de l’apport scientifique à la riposte contre Covid-19 face au rebond et la problématique de la vaccination ainsi que la nécessité d’un répertoire des chercheurs congolais.

La première journée a été consacrée à l’éruption volcanique de Nyirangongo du 22 au 23 mai 2021.

Fraîchement revenu de Goma au Nord-Kivu où il a fait partie de la délégation gouvernementale conduite par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique a présidé, ce mardi 8 juin 2021, la cérémonie d’ouverture de ces assises qui se tiennent à l’hôtel Kampo à Kinshasa.

Dans son discours prononcé en présence de la communauté scientifique nationale à laquelle se sont jointes des personnalités issues d’autres domaines dont le député national Jean-Baptiste Muhindo Kaserekwa, auteur de son interpellation à l’Assemblée nationale, José Mpanda a tenu à souligner que la dernière éruption du volcan Nyirangongo n’a pas été précédée des signes précurseurs.

« En effet, contrairement aux éruptions antérieures qu’a connues la République Démocratique du Congo en 1977 et en 2002, celle du 22 mai 2021 a surpris tout le monde et n’ai annoncé aucun signe précurseur alarmant. Même le Rwanda, notre voisin, qui est très intéressé au plus haut point par la surveillance des volcans de Virunga de son côté, a été désagréablement surpris par cette éruption qui s’est produite sans signes avant-coureurs, entrainant avec elle des séquelles des malheurs dans la vie quotidienne des populations environnantes », a-t-il relevé.

Ces propos ont été confirmés par le Directeur Général de l’Observatoire Volcanologique de Goma(OVG), Professeur Dr Adalbert Muhindo Syavulisembo, qui a présenté un exposé axé sur « la surveillance des volcans actifs des Virunga/Ministère de la Recherche scientifique et innovation technologique/OVG et ses partenaires ».

Le DG de l’OVG, Pr Dr Adalbert Muhindo Syavulisembo

Première personne ressource en ce qui concerne les questions des volcans en RDC, il a indiqué que l’OVG, contrairement à ce qui est véhiculé par les réseaux sociaux, est doté des équipements technologiques qui lui permettent notamment d’avoir plusieurs stations tout autour du volcan Nyirangongo. A l’en croire, ce service public spécialisé dans l’observation volcanologique produit chaque deux semaines un bulletin sur les activités volcaniques et a même produit une carte de susceptibilité d’invasion de Goma par des coulées de lave.

Il affirme que des campagnes d’informations sont parfois organisées en faveur de la population de Goma et ses environs et que l’OVG recourt aux satellites pour avoir des images du cratère du volcan Nyirangongo en cas d’inaccessibilité.

Le satisfecit de la conseil scientifique national

Le Professeur Dr Adalbert Muhindo a réaffirmé haut et fort qu’ « il n’y a pas eu des signes précurseurs » avant l’éruption volcanique et que le réseau de surveillance était opérationnel. Ce qui écarte l’hypothèse d’une certaine négligence au niveau tant de l’OVG que du ministère de la recherche scientifique et innovation technologique.

Comparant les éruptions volcaniques de Nyirangongo de 1977, 2002 et de 2021, ce scientifique a démontré que le fait que le niveau de lave était haut, des mois avant la dernière éruption, ne constituait pas un élément probant pour demander au gouvernement de déplacer la population. Il fallait plusieurs autres éléments.

Le Député national Jean-Baptiste Muhindo Kaserekwa suivant religieusement les explications du DG de l’OVG

Des explications accueillies avec acclamations de l’assistance dont faisait partie, rappelons le, le député national Jean-Baptiste Muhindo Kaserekwa, auteur de l’interpellation du Ministre de la Recherche scientifique à l’Assemblée nationale au sujet justement de l’éruption volcanique de Nyirangongo.

Lire aussi

Bien que dédouané par des volcanologues: José Mpanda interpelé à l’Assemblée nationale

Un avis que ne partage pas le Professeur Kanika qui, se basant plutôt sur des théories, soutient qu’il y a toujours des signes précurseurs avant chaque éruption volcanique.

Le gouvernement veut éviter le pire…

Face aux craintes d’une éruption limnique sur le lac Kivu, qui entrenerait une catastrophe naturelle grave, les scientifiques préconisent la surveillance permanente de ce lac. Réagissant sur le champ, le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique a rappelé que le Conseil des Ministres a autorisé au Ministre des ressources hydrauliques de procéder au dégazage du lac Kivu pour éviter le pire tant redouté.
Pour ce faire, des démarches administratives sont en cours pour permettre à une entreprise française de s’y atteler.

Au sujet du Covid-19, José Mpanda a demandé à la communauté scientifique de procéder à l’évaluation de l’appui scientifique à la riposte face au rebond de cette pandémie dont la troisième vague est préoccupante.
« On note une augmentation considérable des cas de contamination et des décès ces quatre dernières semaines. Après près de cinq mois d’accalmie, la Covid-19 rebondit avec force comme pour défier ceux qui prétendaient que l’Afrique serait à l’abri de cette pandémie », a constaté le Ministre de la Recherche scientifique.

La question sera au centre des réflexions au deuxième jour de ces assises scientifiques. Il en est de même de celle d’un répertoire de chercheurs au niveau du Ministère de la recherche scientifique et innovation technologique. « Il serait, donc souhaitable de d’organiser dans le cadre d’un répertoire avec toutes les facilités qui peuvent en découler en termes de mutualisation des moyens et des efforts », a laissé entendre José Mpanda.

RD44

Dans la même catégorie

Risque d’une éruption limnique sur le lac Kivu: Contradictions entre les autorités congolaises et rwandaises

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Jean René Swedi quitte la société civile pour la politique active

Jean Réné Swedi, acteur de la société civile et coordonnateur national de la Maison de la …