Home Politique Controverse autour de la loi sur la réforme de la CENI : Bahati appelé à s’inspirer de la sagesse de Léon Kengo

Controverse autour de la loi sur la réforme de la CENI : Bahati appelé à s’inspirer de la sagesse de Léon Kengo

9 min read
0
0

Majorité, opposition et société civile sont divisés au sujet de la loi portant organisation et fonctionnement de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Après son adoption par l’Assemblée nationale, les sénateurs l’examinent en seconde lecture ce jeudi 10 juin 2021.

Face au tollé général créé par les modifications apportées au texte initial de Christophe Lutundula, actuel Vice-premier ministre des Affaires étrangères, par la Commission PAJ de l’Assemblée nationale, les regards sont fixés sur le Président du Sénat, Professeur Modeste Bahati, qui est invité à s’inspirer d’un ancien Président du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo, qui en son temps, avait sauvé le pays d’une crise de grande ampleur, en prenant le contrepied de l’Assemblée nationale lors des débats sur le projet de loi qui allait conditionner la tenue de la présidentielle à un recensement de la population.

Après une carrière politique riche, Léon Kengo Wa Dondo a marqué un peu plus l’histoire politique de la RDC en 2015. Alors Président du Sénat, il avait pris une décision courageuse, d’abord de suspendre les débats sur le projet de loi électorale controversé à l’origine des manifestations qui avaient secoué Kinshasa et quelques villes à travers le pays.

Le projet de loi controversé avait déjà été adopté, en première lecture par les députés nationaux. Le bilan des manifestations était lourd: 13 morts selon le gouvernement, 21 personnes tuées selon Human Rights Watch et une quarantaine selon la Fédération Internationale des Droits de l’Homme.

La suite de l’histoire est connue de tous. Mis sous pression par le Sénat, le Président de l’Assemblée nationale de l’époque, Aubin Minaku, avait finalement annoncé, le 24 janvier 2015, le retrait de l’alinéa controversé du projet de loi électorale.
La rue qui s’enflammait pour réclamer déjà le départ de Joseph Kabila à deux ans de la fin de son second mandat s’est calmée.

Bahati Lukwevo devant l’histoire

Pourtant, sachant que la voix des députés nationaux prime, Léon Kengo avait pris le courage de s’opposer à l’Assemblée nationale, surtout dans un contexte où l’ancien Chef de l’État Joseph Kabila était considéré comme tout puissant.

Certes, le contexte n’est pas le même. Mais l’actuel Président du Sénat, Professeur Modeste Bahati Lukwebo a une occasion en or de prouver à la face du monde la grandeur d’homme d’Etat qu’il est.

En effet, comme en 2015, la proposition de loi sur la réforme de la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI divise la classe politique.

Alors qu’ils avaient applaudi le texte initial, les opposants Martin Fayulu et Adolphe Muzito désapprouve le texte final adopté à l’Assemblée nationale, qu’ils considèrent comme une illustration parfaite de la volonté de la chambre basse du parlement de baliser le chemin à l’UDPS pour frauder les scrutins prochains. Dans une conférence animée le vendredi dernier, ils ont dénoncé la politisation de la centrale électorale.

Pour Adolphe Muzito, il s’agit là d’une manœuvre qui risque de « niveler la République Démocratique du Congo vers le bas» après l’alternance pacifique qui, pour eux, reste tout de même frauduleuse.
Du point de vue du Président du Nouvel Élan, la démarche de l’Assemblée nationale vise à instaurer une dictature au pays. Il a annoncé une série de manifestations.

Le groupe de 13 personnalités politiques et de la société civile (G13) est tout autant inquiet. Dans un communiqué publié mercredi 09 Juin 2021, ce regroupement des personnalités fait remarquer que la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI adoptée par l’Assemblée nationale ne concourt pas à la tenue des élections libres, transparentes, démocratiques et inclusives telles que souhaitées par tous.

Le G13 souligne que bien au contraire, elle amplifie et enracine les maux décriés d’autant plus que l’indépendance des membres de la CENI n’a pas été définie.

La société civile n’est pas en reste. L’Eglise du Christ au Congo(ECC) par exemple fustige ce qu’elle qualifie d’un «coup d’État contre la République ».

Par ailleurs, pour revenir à la situation de 2015, il est vivement conseillé au Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mbodo Nkodia de s’inspirer lui aussi de l’attitude d’Aubin Minaku qui, bien qu’ayant adopté le texte en première lecture, s’est ravisé en retirant l’alinéa controversé.

Des analystes estiment que du haut de ses 79 ans d’âge, le Président de la chambre basse du parlement pourra marquer de la meilleure des manières l’histoire politique de la RDC en écoutant la voix de la sagesse.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Mise en place à l’ESPT: Tony Mwaba crache sur la mémoire de Patrice Lumumba

Aucun directeur provincial ressortissant du Sankuru, province d’origine du Héros nat…