Home Politique Éclatement de l’UNC: Baudouin Mayo va-t-il achever ce que Vital Kamerhe a entamé?

Éclatement de l’UNC: Baudouin Mayo va-t-il achever ce que Vital Kamerhe a entamé?

11 min read
0
0

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) traverse une trouble crise. Se battant pour obtenir l’acquittement de son leader, Vital Kamerhe, récemment condamné en appel à 13 ans de prison dans l’affaire de 100 jours, ce parti politique doit se battre contre ses vieux démons de la division. En toile de fond, les décisions prises par la direction politique nationale fortement influencée par le nouveau secrétaire général Billy Kambale. Des cadres de première heure, avec à leur tête Jean-Baudoin Mayo, s’opposent ouvertement au bras de fer déclenché contre l’Union sacrée de la Nation. Un regard rétrospectif place Vital Kamerhe parmi les responsables de cette crise qui oppose ses lieutenants.

Ancien Président de la Jeunesse de l’UNC, Billy Kambale n’a pas la réputation d’entretenir des bons rapports avec ses aînés, d’autres cadres du parti. Sa nomination au poste de ministre de la Jeunesse dans le gouvernement Sylvestre Ilunga avait suscité des critiques.

A l’époque, personne n’avait en tout cas osé critiquer publiquement ce choix, sachant que le leader du parti était alors tout puissant aux côtés du Président de la République dont il était le Directeur de Cabinet.

Il y a eu ce qu’il y a eu et Vital Kamerhe a été jeté en prison, où il purgeait la peine de 20 ans de prison réduite récemment en 13 ans en appel.

Quelques mois après son arrestation, des rumeurs vite démenties ont prétendu que l’ancien Vice-premier ministre du Budget Jean Beaudoin, préparait sa rébellion contre Vital Kamerhe, qui est non seulement le chef de son parti mais aussi son ami de longue date.

Après son départ du gouvernement, Mayo a adressé une lettre de démission à Kamerhe du poste de Secrétaire Général de son parti qu’il occupait avant son entrée dans le gouvernement. Il avait pris le soin de préciser à son leader qu’il restait membre du parti. Ce dernier a pris acte de sa démission et l’a félicité pour avoir « représenté valablement le parti » sein du gouvernement ».

Le leadership de Billy Kambale contesté

Le secrétaire général ai, Aimé Boji, nommé ministre d’État au Budget, il fallait lui trouver un successeur. Ce qui a été fait le 30 mai dernier, avec la nomination par Vital Kamerhe, de Billy Kambale.

Dans les rangs des cadres de première heure de l’UNC, cette nomination est une pullule amère pour plusieurs raisons. D’abord, certains disent avoir du mal à accepter d’être géré par un jeune qu’ils classaient depuis des années dans l’assiette des extrémistes. Surtout qu’il n’est pas membre cofondateur du parti.

D’autres estiment que Billy Kambale n’a pas de niveau intellectuel voulu(il est licencié en économie à l’UNIKIN) pour diriger au quotidien un grand parti politique composé notamment des professeurs d’universités. D’autres encore relèvent que le nouveau SG du parti de Vital n’a pas de base et que par conséquent, il ne peut pas diriger des élus tant nationaux que provinciaux alors que lui-même n’a pas été élu.

Lire l’article UNC: Le cœur, le ventre et l’avenir(1ère partie)

Aussi, certains cadres de l’UNC qui se considèrent comme faisant partie des financiers du parti, refuseraient que les fonds de leur parti soient entre les mains d’un jeune qui se rechercherait encore socialement.
Plus grave, on estime que Billy Kambale n’a pas du charisme nécessaire pour gérer le parti dans ce contexte difficile.

Ceux qui soutiennent cette dernière hypothèse évoquent les dernières déclarations du SG de leur parti après la condamnation de leur leader en appel.

Il avait notamment décrété des manifestations de colère sur toute l’étendue du pays pour exiger l’acquittement de Vital Kamerhe. Ce, avant de mettre de l’eau dans le vin dans une autre déclaration. « Nous avons dit que ce soir, nous allions venir avec les mandataires du parti pour lever les options. Tous sont venus, les députés, les ministres et les conseillers ainsi que les mandataires publics. Nous sommes entendus que la discussion devait continuer parce qu’il ne faudra las que nous tombions dans le piège que l’ennemi veut, celui de diviser l’UNC. Nous devons sensibiliser les participants pour que quand nous levons les options définitives, que tout le monde suive», a déclaré Billy Kambale au sortir de la réunion de la direction politique nationale élargie aux structures spécialisées.
Et d’ajouter que « voilà pourquoi aujourd’hui, nous avons dit à ce stade nous demandons seulement à nos députés de suspendre leur participation aux réunions de CACH et aux réunions de l’Union sacrée parce que nous devons nous dite des choses en face ».

Lire également Des marches contre la condamnation de Kamerhe : « Les mesures barrières ne nous concerneront pas » (UNC)

Réaction de Beaucoup Mayo sur son compte twitter: « J’invite les membres de l’UNC au calme et à la réflexion pour des décisions globales et fédératrices. L’Union sacrée de la Nation dont je demeure membre, le seul cadre où nous continuerons à parler du dossier du Président national. Hier 29 aujourd’hui 13, pourquoi pas acquittement demain? ».

Le Député national de Butembo, Crispin Bindule, un autre cadre de l’UNC jugé anti Billy Kambale, en a rajouté une couche.
« Je reste membre fervent du groupe parlementaire CACH et acteur permanent de l’Union sacrée de la Nation. La fin de l’espoir est le commencement de la mort », a-t-il écrit lui aussi sur twitter.

RD44

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

JIFA 2021: Me Évelyne Mulemangabo rappelle à la femme africaine son rôle naturel d’ éducatrice et conseillère

Comme pour chaque année, l’humanité célèbre ce samedi 31 juillet 2021, la journée in…