Home Politique Création du ministère du Numérique : Quand le Professeur Albert Kabasele « conseille » le Chef de l’État en public

Création du ministère du Numérique : Quand le Professeur Albert Kabasele « conseille » le Chef de l’État en public

8 min read
0
0

Le Directeur Général de l’Institut Géographique du Congo (IGC), le Professeur Albert Kabasele Yengayenga, a décidément beaucoup à dire sur certaines décisions des instituons de la République. Après avoir créé une polémique dans la polémique sur l’affaire de 500 jeeps de la discorde des députés nationaux, en faisant de remontrance au Chef de l’État, il fait encore parler de lui. Cette fois-ci, le promoteur de l’école de télédétection de l’Université Pédagogique Nationale (UPN) s’en est pris violemment à Félix Tshisekedi au sujet de la création du ministère du Numérique.

Comme pour l’affaire de 500 jeeps ( lire l’article Affaire de 500 jeeps : Le Prof Albert Kabasele savonne Félix Tshisekedi et déclenche une autre polémique), il a choisi les réseaux sociaux pour faire entendre à haute voix sa réflexion intitulée « Quid de la fibre optique et du satellite ».

Il a d’abord pris le soin de signaler qu’il ne saurait se taire, tant que son pays « veut saisir le diable par la queue ».
Ne donnant aucune chance de réussite au ministère du Numérique, Prof Kabasele soutient que « numériser le pays sans la fibre optique de qualité et/ou sans satellite, est une option vouée à l’échec ».

Ce professeur a présenté les étapes, qui selon lui, devraient précéder la création du ministère du Numérique. Il s’agit, premièrement, que la RDC détienne un ou des satellites en orbite hélico-synchrone et/ou geo-synchrone; deuxièmement, parachever l’implémentation de la fibre optique de bonne qualité et non la fibre pirate; troisièmement, voter les lois sur la circulation des drones civils et armés sur le cadastre numérique, la cartographie satellitaire, adapter les programmes scolaires et académiques et quatrièmement, créer une société nationale d’internet et de télécoms, sans que Vodacom, Orange, Airtel et Africel quittent le pays et sans laisser le secteur aux étrangers.

Il exprime son regret de voir certains pays africains tels que le Rwanda, l’Angola, le Burkina Fasso, le Ghana, le Maroc, la RCA, l’Ouganda et bientôt la République du Congo décoller « par la grande porte du numérique, à savoir la fibre optique de qualité 1 et le satellite, quand le Grand Congo embrouille dans le slogan, sans jeter d’abord les bases du vrai numérique ».

Le professeur Kabasele estime donc qu’il y a risque pour les RD Congolais de « rester à vie les consommateurs du numérique de nos voisins sans cacher notre intimité, nous laissant surveiller et piller ».

Poursuivant sa réflexion, il a multiplié les piques à l’endroit des autorités du pays, en l’occurrence le Chef de l’État et le Premier ministre. D’où sa demande aux Professeurs de télédétection, de télécommunications, de SIG, d’intelligence artificielle, de cartographie numérique et du géo-risque de « s’unir sans antécédents ni complexe ni parti pris pour mieux conseiller la République devant les enjeux de cette puissance économie virtuelle à venir ».

Au passage, il a lancé le proverbe selon lequel « un aveugle ne sait où il va et qui le voit ». Ce, avant de marteler que numériser le Congo sans avoir formé les jeunes aux télécoms et aux satellites, et sans avoir vulgarisé le Hitec des gadgets et des puces dans le quotidien, est une chimère.

Cette réflexion, largement partagée dans les forums scientifiques WatsApp sonne plus comme une réprimande que comme un conseil. Pourquoi ?- Parce qu’un conseil se donne en privé.

En tout cas, d’aucuns pensent que si son souci était d’aider le Chef de l’État à réussir dans le domaine numérique, le DG de l’IGC aurait dû faire parvenir ses suggestions à Félix Tshisekedi par d’autres canaux. Surtout qu’il se dit membre de la famille présidentielle et se trimballe partout avec un militaire de la Garde Républicaine

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…