Home Politique Scandale à l’ESU/Sankuru : 15 à 20 ans de règne pour les comités de gestion des instituts supérieurs et université de Tshumbe

Scandale à l’ESU/Sankuru : 15 à 20 ans de règne pour les comités de gestion des instituts supérieurs et université de Tshumbe

7 min read
0
0

Alors qu’aux termes de l’Ordonnance présidentielle 81-160 du 7 octobre 1981 portant statut du personnel de l’enseignement supérieur et universitaire, le mandat des membres du comité de gestion des instituts supérieurs et universités de la RDC est de cinq ans, la province du Sankuru semble avoir mis en place ses propres règles. Pour cause, le mandat des membres des comités de gestion des instituts supérieurs et de l’Université de Tshumbe, une cité catholique située dans le territoire de Lubefu, s’étale sur des périodes allant de 15 à 20 ans.

Voilà un dossier qui devra attirer l’attention du ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU), Muhindo Nzangi. A l’heure de la mise en place dans les établissements de son secteur, il est appelé à se pencher à fond sur la situation qui prévaut à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers (ISAM), à l’Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM) et à l’Université notre dame de Tshumbe (UNITSHU).

Alors que le mandat des membres des comités de gestion des établissements de l’ESU est de cinq ans, le Directeur Général de l’ISAM/Tshumbe, le Professeur Associé, abbé Marcel Kilombo Lothena occupe son poste depuis plus de vingt (20) ans.
Se considérant comme une sorte de chef coutumier, il gère cet institut supérieur comme sa chambre à coucher et sa gestion serait marquée par le clientélisme et le sentimentalisme.

La situation est presque similaire à l’Université notre dame de Tshumbe (UNITSHU) dont le Recteur, le Professeur Ordinaire Révérende sœur Walo Omana Rebecca, le Secrétaire Général Académique, le Professeur Ordinaire, abbé Daniel Okashoko Mukanga et l’Administrateur au Budget, le Chef des Travaux soeur Wedjolo Eugénie occupaient leurs postes depuis la création de cette université, il y a un peu plus de dix ans.

Plus grave, sur base des considérations qu’il est difficile d’élucider, une autorité religieuse de la place a récemment usurpé des attributions du ministre de l’ESU, dn nommant un Professeur Associé, l’abbé Jacob Onyumbe contre tout bon sens, au poste de Secrétaire Général Académique en remplacement du professeur ordinaire, l’abbé Okashoko.

Ainsi, dans le même comité de gestion, on a un Professeur Ordinaire qui est Recteur et un Professeur Associé non expérimenté occupant le poste de Secrétaire Général Académique, pendant que le Secrétaire général administratif est un Professeur Ordinaire. Une exception sankuroise!

Mais ce n’est pas tout car, le Directeur Général de l’ISTM/Tshumbe, Prof Pierre Lohohola serait engagé en plein temps dans la gestion de l’UDPS alors que le Secrétaire Général Académique, Sylvain Lowolo passerait tout son temps à Kinshasa, à plus de 2100 km de Tshumbe où sa présence est synonyme de la raquette auprès des étudiants.

Commentaire d’un ancien conseiller au ministère de l’ESU: « Le comité de gestion de l’UNITSHU est logiquement démissionnaire et qu’à cet effet, l’actuel Secrétaire Général académique ai doit céder sa place à un Professeur Ordinaire. Dix et vingt ans étant trop pour un mandat d’un comité de gestion d’un établissement de l’ESU, il est temps que le DG de l’ISAM/Tshumbe soit remplacé ».

Il devrait en être de même pour le DG et le Secrétaire Général Académique de l’ISTM/Tshumbe, qui après dix ans à leurs postes, semblent s’épanouir avec les délices de Kinshasa, loin de leur lieu de travail.

RD44

Dans la même catégorie

Des maisons pour les profs émérites et création des écoles d’aquaculture: Muhindo Nzangi distribue les promesses à Lubumbashi

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

VACCIN « malembement »: Chronique littéraire du Prof Yoka

D’après mon patron le ministre en charge des Questions Statistiques et Tactiques, les chif…