Home Politique Moïse Katumbi : D’une opposition républicaine à une opposition radicale?

Moïse Katumbi : D’une opposition républicaine à une opposition radicale?

7 min read
0
1

C’est un secret de polichinelle que la proposition de loi sur la congolité a porté un coup aux relations entre le Président de la République, Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi. Alors que ce dernier avait promis de mener une opposition républicaine, et en dépit de son ralliement à l’Union sacrée de la Nation, son parti politique, Ensemble pour la République se montre très critique, un peu trop à l’égard du pouvoir.

Après son retour d’exil, Moïse Katumbi avait à plusieurs reprises pris l’engagement de mener une opposition républicaine. « Nous ferons une opposition constructive. Opposition, c’est écouter les gens. Nous voulons que notre pays aille de l’avant…», avait-il déclaré notamment lors d’un meeting à Kalemie.

Cette posture l’avait mis à conflit avec ses collègues de l’opposition, notamment Martin Fayulu et Adolphe Muzito qui eux, ont choisi de mener une opposition radicale.

Beaucoup de choses se sont passées depuis et la classe politique s’est redessinée.

La faute à Noël Tshiani

Devenu un temps très proche du Chef de l’État, Moïse Katumbi a joué un rôle important dans le basculement de la majorité parlementaire. Ce qui a permis à Félix Tshisekedi de mettre fin à la coalition FCC-CACH et de lancer l’Union sacrée de la Nation.

A peine trois mois après la mise en place du gouvernement de la nouvelle coalition, les briques qui sous-tendent les relations entre Fatshi et Moïse Katumbi n’ont pas résisté à la charge de la proposition de loi qui réserve la magistrature suprême aux congolais nés de père et de mère congolais.

Lire aussi Loi sur la congolité : Ensemble pour la République menace de quitter l’Union sacrée(Communiqué)

En effet, sentant leur leader en danger d’être écarté de la prochaine élection présidentielle au cas où la proposition de loi initiée par Noël Tshiani et portée à l’Assemblée nationale par Nsingi Pululu venait à être adoptée, des militants et sympathisants de Ensemble pour la République ont sorti de l’artillerie lourde contre le camp présidentiel.

Dans les réseaux sociaux et les médias traditionnels, ils se montrent moins tendres à l’égard de Félix Tshisekedi dont ils passent au peigne fin les moindres faits et gestes.

Du coup, l’opposition républicaine promise par Moïse Katumbi s’est transformée en opposition radicale. De là jusqu’à demander aux délégués de son regroupement politique au gouvernement de démissionner ? – Difficile de le savoir au stade actuel.

Ce dont on peut être certain, c’est qu’actuellement, Ensemble pour la République mène une opposition aussi et peut être plus radicale que celle menée par Martin Fayulu et Adolphe Muzito.

Ce dernier a d’ailleurs surpris plus d’un congolais en appelant, le weekend dernier, les membres de son parti, Nouvel Élan, à mener un sorte d’opposition clairement républicaine. « Il y a un principe qui dit que les vraies personnes parlent des idées, de la philosophie du pays…Il ne faut pas combattre la personne de Tshisekedi, c’est votre frère. Il faut soutenir ses idées, combattre ses idées si elles sont mauvaises », a déclaré Adolphe Muzito à ses militants lors d’un séminaire organisé par sa formation politique.

ALT.

NOS DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…