Home Politique TRANSCO: Ces grossières bêtises de Chérubin Okende qui salissent le Gouvernement

TRANSCO: Ces grossières bêtises de Chérubin Okende qui salissent le Gouvernement

10 min read
0
0

Le controversé ministre des TVCD, Chérubin Okende

Est pris qui croyait avoir donné des leçons de bonne gestion aux autres. Le Ministre des Transports, Voies de Communication et de Désenclavement, Chérubin Okende Senga multiplie les bourdes dans la gestion de la crise qui prévaut au sein de la société des Transports au Congo (TRANSCO). Après avoir été conspué par les agents en colère qui n’ont pas bien apprécié ses paroles jugées peu responsables, il risque d’être blâmé par le Premier ministre et même le Président de la République.

Pour cause, les nouveaux Directeur Général ai et Président du Conseil d’Administration ai qu’il a nommés le 2 août dernier sont des personnes externes à l’entreprise. Ce qui pose un sérieux problème de respect des textes en vigueur.

A travers son arrêté ministériel n°0005 CAB/MIN/TVCD/2021 du 2 août, Chérubin Okende a désigné, à titre intérimaire, Laurent Boyi Boyombe, Chief Tshipamba Ngambamalu et Pierre Lutanga Wanga respectivement aux fonctions de Président du Conseil d’Administration ai, Directeur Général ai et Directeur Général Adjoint ai de TRANSCO.

Bien que comblant le vide créé par l’arrêté ministériel n°0004/CAB/TVCD/2021 du 30 juillet 2021 portant suspension, à titre préventif, des membres du Conseil d’Administration et de la Direction Générale de Transco, cet arrêté pose un problème sérieux qui risque de lui coûter cher.

Remise et reprise entre le DG ai sortant Bongi Blackson et le DG ai entrant Tshipamba

En effet, selon nos informations, Chief Tshipamba Ngambamalu n’était ni cadre, ni agent à Transco avant sa nomination. Tout ce qui le lierait à cet établissement public, c’est le fait qu’il était conseiller juridique de Chérubin Okende et ses tweets à travers lesquels le Président de l’Association Congolaise des Consommateurs décriait ce qu’il présentait comme l’abandon de Transco par le gouvernement.

« Or, explique-t-on à alternance.cd, le ministre sectoriel ne peut désigner qu’un Directeur ou un autre cadre supérieur pour occuper les fonctions de PCA, DG ou DGA ai d’un établissement public en cas de suspension des membres du Conseil d’Administration ou de la Direction Générale. Seul le Président de la République a la compétence de nommer une personne extérieure par Ordonnance présidentielle ».

C’est ce qui s’est passé récemment dans d’autres établissements et services publics frappés par la vague des suspensions des mandataires à la suite des rapports de missions d’audit de l’Inspection Générale des Finances(IGF).

A titre d’exemples, les membres de l’équipe nommée par le ministre de l’Industrie pour assurer l’intérim au FPI conduite par Jean-Claude Kalenga, sont tous de fils maison, formés et ayant fait carrière au sein du Fonds de Promotion de l’Industrie.

Même situation à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) où le nouveau Directeur Général ai, le Docteur Simon Mfuti Kiaku a assumé notamment les fonctions de Directeur provincial de l’ex-INSS au Kongo Central et Directeur de l’action sanitaire et sociale. Avant de succéder à l’ex DG Agnès Mwad, il assumait les fonctions de médecin directeur à la Direction Générale de la CNSS.

Il s’expose à des sanctions

Question: sur base de quels critères Chérubin Okende a-t-il ramassé son conseiller juridique, Chief Tshipamba Ngambamalu pour le bombarder Directeur Général ai de TRANSCO alors que des cadres pouvant assumer l’interim du DG ou du PCA sont là ? Seul ce Warrior saura répondre à cette question.

Lire aussi Transco: Humilié, Chérubin Okende menace de licencier massivement les grévistes

Mais au stade actuel, ce dont on peut être certain, sans se faire passer pour de prophètes du malheur, c’est que le nouveau DG ai aura du mal à gérer cet établissement public qui est toujours sous anesthésie à cause notamment du problème structurel qui le ronge depuis sa création.

Aussi, d’aucuns pensent que Chérubin Okende a commis une autre grosse bêtise en incorporant dans la commission d’enquête chargée de mener des investigations sur les faits mis à charge des membres du Conseil d’administration et de la Direction Générale de Transco sortants, un représentant de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ), une ong dont la crédibilité de ses rapports a souvent souffert de contestation.

Commentaire d’un cadre du Secrétariat général du gouvernement qui a requis l’anonymat : « Avec ce genre de décisions irréfléchies, Chérubin Okende démontre qu’il bafoue le devoir des membres du gouvernement de préserver, en toute circonstance, l’honneur et la dignité de leurs fonctions ».
Ce qui expose le ministre des Transports, Voies de Communication et de Désenclavement à d’éventuelles sanctions.

Aux dernières nouvelles, le nouveau DG ai de Transco a très mal commencé, notamment en entreprenant des démarches pour contracter une dette auprès d’une institution bancaire dans le but de bénéficier d’importantes commissions. Ça, c’est une autre histoire. A suivre.

Jean Pérou Kabouira

DANS LA MEME CATÉGORIE

La faillite guette TRANSCO : Le gouvernement Sama Lukonde appelé urgemment à la rescousse

TRANSCO: L’intersyndicale dénonce des messages tendant à perturber les activités de la société (communiqué)

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…