Home Politique République des Ministres: Controverse autour de la suspension des DG et DGA de l’INS par Christian Mwando

République des Ministres: Controverse autour de la suspension des DG et DGA de l’INS par Christian Mwando

7 min read
0
0

Le Ministre d’État, ministre du Plan, Christian Mwando a suspendu le Directeur Général de l’Institut National de la Statistique (INS), Roger Shulungu et le Directeur Général Adjoint, Prosper Juma Witha Kikuni à titre conservatoire, en date du 9 août 2021. Gros couac: cette décision a été prise de manière unilatérale par le ministre sans aucune procédure administrative, notamment une demande d’explication.

Le ministre d’Etat au Plan a évoqué dans son arrêté ministériel suspendant le DG et le DGA de l’INS, les recommandations de la 8 ème réunion du Conseil des Ministres du 18 juin 2021, relatives à la prise des mesures conservatoires par les ministres sectoriels en rapport avec la gestion des entreprises et établissements sous tutelle.
« Considérant que les indices sérieux de fautes professionnelles résultent également du déficit managérial caractérisé par des faiblesses importantes dans le contrôle interne et la gestion du projet qui n’ont pas permis l’atteinte des objectifs majeurs pour lesquels des fonds avaient été suffisamment mobilisés par les partenaires multilatéraux, notamment le RGA et le RGPH2 qui, malgré son caractère indispensable et urgent, n’a toujours pas été réalisé…Vu la nécessité et l’urgence, les nommés Roger Shulungu Runika et Prosper Juma Witha Kikuni, membres de la Direction Générale de l’Institut National de la Statistique, en qualité respectivement de Directeur Général par intérim et de Directeur Général Adjoint par intérim sont suspendus de leurs fonctions à titre conservatoire », a-t-il écrit dans son arrêté.

Fatshi et Sama Lukonde interpelés

Autre couac, les recommandations de la 8 ème réunion du Conseil des Ministres auxquelles se réfère cet arrêté du Ministre d’Etat au Plan concernent les conclusions du rapport de l’Inspection Générale des Finances (IGF) dans les entreprises et établissements publics de l’État.

A ce sujet, le Chef de l’État avait affirmé avoir été saisi des conclusions définitives tirées des contrôles effectués suivant une procédure contradictoire transmises aux responsables des structures contrôlées par l’IGF.

Or, dans le cas de l’INS, Christian Mwando explique qu’à partir des rapports d’audit produits en 2020 par l’expert indépendant recruté par la Banque mondiale et par le cabinet d’audit international Price Whaterhouse Coopers (PWC), « des indices suffisamment graves et concordants de fautes dans l’exécution du Projet de Développement Statistique (PDS) » ont été recueillis à l’encontre des membres de la Direction Générale de l’INS. Quelle confusion!

Roger Shulungu, DG de l’INS ph.d.t

Au-delà de la suspension du DG et du DGA de l’INS, l’arrêté controversé du Ministre d’Etat au Plan devrait interpeller le Président de la République et le Premier ministre sur le respect des procédures administratives par les membres du gouvernement.

En effet, s’il est vrai qu’ils sont autorisés à prendre des mesures conservatoires contre les mandataires publics soupçonnés de mauvaise gestion, les ministres ne sont pas autorisés à contourner la procédure administrative.

Malheureusement, et c’est triste, certains Warriors semblent se foutre de toute procédure administrative, notamment l’incontournable demande d’explication.

Le cas échéant, Christian Mwando se serait donc rendu coupable de violation de cette procédure et mérite à son tour d’être interpellé par la hiérarchie. Après tout, dans un État de droit personne ne devrait être au dessus de la loi.

Jean Pérou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

VACCIN « malembement »: Chronique littéraire du Prof Yoka

D’après mon patron le ministre en charge des Questions Statistiques et Tactiques, les chif…