Home Politique RDC: Au-delà de la proposition de loi Tshiani, des divergences s’approfondissent entre pro Katumbi et pro Tshisekedi

RDC: Au-delà de la proposition de loi Tshiani, des divergences s’approfondissent entre pro Katumbi et pro Tshisekedi

8 min read
0
0

Les divergences persistent entre Ensemble pour la République et l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) avec les personnalités politiques qui lui sont affiliées. Alors que la proposition de loi sur la congolité, considérée comme pierre d’achoppement entre le parti politique de Moïse Katumbi et celui du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi est gelée par l’Assemblée nationale, ils ont amené leurs divergences sur un autre terrain, à savoir, la désignation des nouveaux membres du bureau et de la plénière de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Ce n’est un secret pour personne que les relations entre Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi ne sont plus au beau fixe depuis plusieurs semaines. Et, elles sont loin de s’améliorer au regard de la position prise par les députés nationaux d’Ensemble, regroupés au sein des groupes parlementaires MS-G7 et AMK face à la mise sur pied de la Commission mixte et paritaire à l’Assemblée nationale devant procéder à l’examen des candidatures des membres de la CENI.

Ces deux groupes parlementaires ont, dans une déclaration faite ce vendredi 13 août 2021, dénoncé ce qu’ils considèrent comme la non prise en compte du poids politique des différents groupes parlementaires dans la composition de cette commission mixte et paritaire.

« Contrairement aux dispositions de la loi sur la CENI, la commission mise sur pied par le président Mboso n’est ni mixte, ni paritaire et encore moins représentative des forces politiques au sein de l’Assemblée nationale en l’absence de représentants de certaines composantes concernées. Pour l’attribution des postes au sein de « sa » CENI, le président Mboso ne fait aucun cas du poids politique respectif des différents groupes parlementaires qui composent la majorité ; il ignore les observations de l’opposition politique déterminée à ne pas y désigner des membres faute de consensus préalable ; enfin, il ne fait aucune place aux grandes confessions religieuses qui encadrent pourtant 80 % des Congolais dans leur foi », ont écrit les députés pro Katumbi dans leur déclaration.

Ils ont réitèré leur décision de ne pas envoyer des membres à la CENI en l’absence de consensus et du respect d’une procédure de désignation équitable et transparente.
« Les Députés nationaux d’Ensemble (…) dénoncent sans réserve cette obstination à vouloir imposer une CENI aux ordres, ce qui aura inévitablement pour effet de conduire à un nouveau chaos électoral. Ils rappellent par ailleurs la décision irrévocable de la famille politique « Ensemble », exprimée dans la déclaration politique du 30 juillet 2021, de ne pas déléguer de membres à la CENI en l’absence de consensus et du respect d’une procédure de désignation équitable et transparente », ont-ils précisé.

Signe qu’ils sont déterminés à s’opposer à la démarche du Président de l’Assemblée nationale, ils ont pris le soin de prévenir que dans le cas où un membre de l’un ou l’autre de leurs deux groupes parlementaires venait à s’y retrouver, « ce ne serait qu’à titre purement personnel ».

Mboso déterminé à poursuivre avec son forcing

Entre temps, le bureau de l’Assemblée nationale a accordé un délai de 72 heures aux confessions religieuses, à dater de ce samedi 14 août 2021, « en vue de dégager un consensus au sujet de la désignation du Président de la CENI et d’un membre de la plénière».

C’est en tout cas ce qui a été annoncé par le Rapporteur de la chambre basse du parlement, Joseph Lembi Libula, dans un communiqué officiel.

D’aucuns se demandent jusqu’où ces divergences vont persister, encore que Christophe Mboso a déjà prévenu toutes les parties prenantes, que le processus de la mise en place du bureau de la centrale électorale avancera « avec ou sans » les composantes qui tardent encore à envoyer les noms de leurs délégués.

Les députés nationaux de deux regroupements politiques de Moïse Katumbi et ceux de l’opposition FCC sont donc prévenus.

JPK

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…