Home Politique Sud-Kivu: Des révélations du gouvernorat sur la maffia des entreprises minières chinoises

Sud-Kivu: Des révélations du gouvernorat sur la maffia des entreprises minières chinoises

5 min read
0
0

Des entreprises chinoises minières opérant dans la province du Sud-Kivu ont vu les autorités provinciales suspendre leurs activités la semaine dernière. On en sait un peu plus sur les raisons qui ont motivé la mesure du Gouverneur Théo Ngwabidje.

L’arrêté du Gouverneur du Sud-Kivu a été pris le vendredi 20 août dernier. Il y a été notamment mentionné la nécessité de remettre de l’ordre dans « l’exploitation minière semi-industrielle », dans le territoire de Mwenga, pour préserver l’intérêt de la population locale, l’environnement et le respect des droits de l’Homme mais aussi permettre la traçabilité de la production des sites exploités.

Le conseiller du gouverneur en matière des mines, Safano Bulongo, est revenu à la charge pour donner les raisons de cette suspension.
« Il y a des entreprises qui ont contracté avec les détenteurs des titres miniers couverts par le permis d’exploitation. Le cas de ORC et Lungu ni Jibu. ORC est en partenariat avec Kamituga Mining, ils ont signé un protocole d’accord à travers lequel Kamituga Mining qui est détenteur du permis d’exploitation minière a autorisé ORC de pouvoir exploiter. Or du point de vue commercial, ça marche mais dans le secteur c’est un protocole qui n’est pas acceptable. Parce que dans le secteur minier si vous avez un permis d’exploitation et que vous voulez accorder des droits à quelqu’un d’autre ça doit se faire par amodiation partielle ou totale », a-t-il expliqué.

Dans la foulée, le conseiller en charge des Mines du gouverneur du Sud-Kivu a révélé que l’entreprise Yellow Ressources qui a des activités dans Lwindi et à Ngweshe et BM Global opérant dans la chefferie de Wamuzimu ne détiennent que des permis de recherche et non d’exploitation.

« Nous avons aussi Congo Blueant Minéral CBM qui est en lien avec la Coopérative COMIBI qui ont aussi leur litige. Le type d’exploitation pose problème. La Coopérative doit avoir une lettre d’autorisation délivrée par le ministre au niveau national. Nous leur avons laissé le temps de nous la donner. Malheureusement elles ne l’ont jamais amené », a relevé Safanto Bulongo.

Ce, après avoir chargé Lugushwa Mining et Mungu ni Jibu de ne pas se conformer aux exigences du code minier.

Pour ne rien arranger, le Conseiller du gouverneur du Sud-Kivu en matière des mines a fait savoir que la présence des militaires dans les sites et carrés miniers suspendus préoccupe la commission.

Junior Lomanga

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…