Home Politique Summum de la médiocrité à la formation professionnelle : Coincée par l’IGF, la Ministre Antoinette Kipulu décharge sa colère sur la SG Emérance Rubuye

Summum de la médiocrité à la formation professionnelle : Coincée par l’IGF, la Ministre Antoinette Kipulu décharge sa colère sur la SG Emérance Rubuye

10 min read
0
2

Ça ne se passe qu’en République Démocratique du Congo. Un Secrétaire général de l’Administration publique que l’on suspend par un simple communiqué signé par le Directeur de Cabinet du ministre sectoriel, l’histoire a de quoi faire rire même des cadavres. C’est triste mais c’est la réalité! La Secrétaire Général à la Formation professionnelle, Madame Emérance Rubuye N’simire a été suspendue de ses fonctions, lundi 23 août 2021, par la Ministre de la Formation professionnelle, Madame Antoinette Kipulu. L’information a été rendue publique par un simple communiqué dit officiel, signé par le Directeur de Cabinet de la ministre.

« Il est porté à la connaissance du public que Madame Emérance Rubuye N’simire, Secrétaire Général ai au Ministère de la Formation professionnelle et métier, est suspendue de toutes ses fonctions à bdatrr de ce lundi 23 août 2021. A cet effet, elle ne peut plus engager l’Administration du ministère auprès des tiers ». C’est en ces termes que le Directeur de Cabinet de la ministre de la Formation professionnelle et Métiers a annoncé, dans le communiqué officiel référencé n°003 CAB/MIN/MIN-FPM/AKK/DIRCAB/mem/2021, la suspension de la cheffe de l’administration de ce ministère.

Notre Rédaction s’est rapidement mise sur le dossier. Et, les premiers éléments obtenus compromettent sérieusement la crédibilité de la ministre Antoinette Kipulu. Pour cause, sa décision aurait été prise sur fond d’une procédure irrégulière, à la limite de la tricherie.

Pas étonnant pour celle sur qui plane de sérieux soupçons de détournement de près d’un millions de dollars américains (778,735 USD et 750,322,200 CDF pour être précis) et dont le Conseiller financier fait face à des ennuis judiciaires.

A la suite de la lettre du 9 août 2021 de l’Inspecteur des finances-chef de service, Jules Alingete, sommant la ministre de la formation professionnelle et métiers de rembourser les sommes précitées, reçues du Trésor public pour le fonctionnement de son ministère, le contrôle de l’Inspection Générale des Finances(IGF) s’est étendu jusqu’à l’Administration centrale de ce ministère.

Une suspension cavalière

Alors que les inspecteurs des finances sont à pied d’œuvre, la Ministre de la Formation professionnelle et Métiers a instruit, en date du 16 août 2021, à travers sa lettre N°568/CABMIN/MIN-FPM/AKK/GMW/llg/2021, la Direction Nationale du SENACEEPEF(un service spécialisé du ministère) de procéder au contrôle des effectifs du personnel des services généraux de la Formation professionnelle et métiers. Ce contrôle concerne notamment le Secrétariat général, l’Inspection Générale et SENACEEPEF).

Gros couac: ledit contrôle devrait être effectué par un chef de service auprès de directeurs chefs de service.

Se référant à la lettre du Directeur national Chef de service ai de SENACEEPEF, référencée 149/FPM/SENACEEPEF/DG/SAIF/Lme/2021, du 18 août transmettant le programme de contrôle des effectifs réels des services centraux du secrétariat général, la SG à la formation professionnelle et métiers a appelé les directeurs chefs de services à se soumettre volontiers à cet exercice
« J’instruits tous les Directeurs Chefs de services de procéder au respect de ladite activité en attendant l’harmonisation de vue et ce, conformément aux textes légaux qui nous régissent », a écrit Madame Emérance Rubuye N’simire dans un communiqué de service daté du 20 août dernier.

Pour la ministre sectorielle, le fait pour la SG d’avoir évoqué dans son communiqué la phrase « harmonisation de vue et ce, conformément aux textes légaux qui nous régissent » est une sorte de rébellion contre son autorité.

Par conséquent, elle lui a collé entre autres griefs, pour justifier sa suspension, l’insubordination et l’incitation des agents à la rébellion. Quelle blague !

Ce n’est pas tout car, la pauvre Secrétaire Général à la Formation professionnelle et métiers aurait été séquestrée dans son bureau par des militaires dépêchés lundi 23 août en vue de « l’empêcher de déplacer des dossiers importants après sa suspension », d’après nos sources.

Pourtant, Emérance Rubuye N’simire s’est soumise à la décision de la hiérarchie et est loin de faire de la résistance.

D’ailleurs, aussitôt sa suspension lui communiquée, elle a commencé à emprunter les documents nécessaires à remettre à celui ou celle qui devra assumer l’intérim. Aux dernières nouvelles, la remise et reprise est prévu pour ce mercredi 25 août.

Cette suspension s’ajoute à de nombreuses autres décidées ces dernières semaines en République Démocratique du Congo dont certaines ont été prises sans respecter les lois qui régissent le fonctionnement de l’Administration publique.

Comme quoi, certains «Warriors » ont transformé le pays de Fatshi Béton en « République des ministres » dans laquelle les décisions des membres du gouvernement ne peuvent souffrir d’aucune contestation et ne sont pas censées respecter les lois en vigueur.

Le JLN/ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…