Home Politique Déploiement des bus TRANSCO dans les provinces : Une mesure cosmétique pour une société sous anesthésie

Déploiement des bus TRANSCO dans les provinces : Une mesure cosmétique pour une société sous anesthésie

6 min read
0
0

Le ministre des Transports, Voies de Communication et Désenclavement, Chérubin Okende, a assisté, ce mercredi 25 août 2021, à l’embarquement de 10 bus de la société des Transports au Congo (TRANSCO) au port de la SCTP/Beach Ngobila à destination de la ville d’Isiro au Haut- Uélé. C’est le début du déploiement des bus de l’unique société de transport terrestre de l’État congolais dans les provinces. Cet acte vanté par le ministre sectoriel comme la concrétisation de l’engagement du gouvernement dans la consolidation de la cohésion nationale risque d’aggraver les difficultés multidimentionnelles auxquelles est confrontée TRANSCO. Explication.

Les habitants de Kinshasa se souviennent encore de difficultés de transport rencontrées durant près de deux semaines, entre fin juillet dernier et début août, suite à la grève sèche observée par les agents de Transco.

Bien qu’ayant touché une partie de 8 mois d’arriérés de salaire et de 25 mois de prime, ils attendent toujours la concrétisation des promesses faites par le Directeur Général ai, Chief Tshipamba.

Destination Isiro

Certes, les bus Transco desservent leurs lignes habituelles à Kinshasa, mais nombreux sont les Kinois qui déplorent les longues files d’attente dans les terminus. Bref, Kinshasa n’est pas encore totalement desservi.
Le temps que l’euphorie créée par le paiement de leurs arriérés passe, d’aucuns attendent fermement la promesse du DG ai de les ramener à leur situation de départ, c’est à dire à zéro mois d’arriérés.

Chief Tshipamba, DG ai de Transco ph.dr.t

Entre temps, des informations obtenues par alternance.cd font état des créances qu’auraient contractées les dirigeants actuels de TRANSCO auprès d’une institution bancaire de la place pour payer ses agents en vue de les convaincre de mettre fin à la grève.

Du coup, des analystes économiques cherchent à comprendre comment une société qui s’endette pour payer son personnel pourrait prétendre étendre ses activités dans les provinces.

Ce, surtout qu’en RDC, un tel déploiement est une occasion tant pour pour les dirigeants de Transco, le ministère sectoriel que les autorités des provinces concernées, de caser leurs proches. Ce qui va ajouter une charge de plus à une entreprise qui fait face à un problème structurel depuis sa création.

Commentaire d’un observateur : « On ne doit pas prendre des décisions pour plaire aux individus quand on gère un ministère comme celui des Transports. Chérubin Okende veut certainement donner à l’opinion publique l’impression qu’il gère bien en déployant les bus Transco dans les provinces. Il devra être en mesure de rassurer les agents et cadres de cette société qu’ils seront régulièrement payés et que les créances contractées par son homme qu’il a placé comme DG ai ne pourront pas précipiter dans l’avenir la faillite de Transco ».
C’est dire qu’en dépit de ce déploiement annoncé dans les provinces, Transco ne s’est pas encore éloignée du périmètre de la faillite. Gare donc aux décisions populistes.

ALT.

Lire dans la même catégorie

La faillite guette TRANSCO : Le gouvernement Sama Lukonde appelé urgemment à la rescousse

Transco: Humilié, Chérubin Okende menace de licencier massivement les grévistes

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…