Home Politique Polutions des eaux: En attendant l’action gouvernementale, la rivière Kasaï a retrouvé sa coloration

Polutions des eaux: En attendant l’action gouvernementale, la rivière Kasaï a retrouvé sa coloration

4 min read
0
0

Illustration

C’est une bonne nouvelle pour les autorités et la population congolaises. Affectée depuis de semaines par une pollution qui a donné à l’eau la couleur rougeâtre et tué des poissons, la rivière Kasaï a retrouvé sa coloration dans la province du Kwilu. C’est l’administrateur du territoire d’Idiofa, Jean-Marie Laswe, qui l’a annoncé, ce vendredi 27 août 2021.

Près d’un mois après le début d’un phénomène étranger qui s’est observé dans les eaux des rivières Tshikapa et Kasaï, le gouvernement de la République continue à récolter des éléments pour savoir l’origine de cette catastrophe écologique.

C’est du moins ce que la Vice-premier ministre, ministre de l’environnement et Développement durable, Ève Bazaiba, a expliqué en substance aux députés nationaux lors de son audition par la commission de l’Assemblée nationale en charge de l’environnement, tourisme, ressources naturelles et développement (ETRDD).

Ces explications n’ont pas convaincu des élus nationaux, qui se disent déçus du fait que le gouvernement n’a pas dépêché d’experts au Kasaï pour y effectuer un prélèvement dans les normes.

Qu’à cela ne tienne, la nature semble avoir fait son travail en redonnant à la rivière Kasaï sa coloration habituelle.

« Nous avons évidemment constaté que la rivière Kasaï a repris sa couleur normale du côté des entités qui sont au bord de la rivière. En amont, aux environs des villages Mbangu, Dibaya Lubwe, Mangayi, Piopio, Panu et Yolo…De toutes les façons, il faudra encore attendre, car il n’y a pas encore l’autorisation bdz boire cette eau. Nous attendons la hiérarchie », a affirmé l’Administeur du territoire d’Idiofa.

Par ailleurs, alors que la version officielle sur les causes de cette pollution qui a tué plusieurs poissons et même des hippopotames se fait toujours attendre, certaines informations l’atribuent aux activités minières en amont du bassin versant de la rivière Tshikapa dans la partie angolaise. Il s’agirait des complexes miniers de Luo, Camatchia-Camagico et Catoca.

De nombreuses questions sont en tout cas encore sans réponses sur cette pollution, notamment celle concernant la santé des personnes qui ont consommé les poissons qui flottaient sur la surface des eaux devenues rougeâtres.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

VACCIN « malembement »: Chronique littéraire du Prof Yoka

D’après mon patron le ministre en charge des Questions Statistiques et Tactiques, les chif…