Home Politique Désignation des animateurs de la CENI: Mboso et Bahati mettent la pression sur la CENCO et l’ECC

Désignation des animateurs de la CENI: Mboso et Bahati mettent la pression sur la CENCO et l’ECC

5 min read
0
0

Qui a dit que l’Eglise du Christ au Congo(ECC) et la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) avaient le dernier mot sur la désignation des animateurs de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), particulièrement du Président et d’un membre de la plénière? Alors qu’ils espèreaient faire plier les six autres confessions religieuses qui ont déjà fait leur choix, l’Assemblée nationale s’apprête à entériner les membres de la CENI tels que désignés par différentes composantes.

C’est le Président de la chambre basse du parlement, Christophe Mboso N’Kodia qui l’a annoncé, ce mardi 31 août 2021, à l’issue de son entretien avec le Président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo.

L’église de réveil, l’Islam, l’église Kimbanguiste, l’église Orthodoxe, l’Armée du Salut et les églises indépendantistes, six confessions religieuses opposées aux catholiques et aux protestants dans la désignation du nouveau Président de la Centrale électorale sont en phase de remporter une victoire finale. Alors que l’ECC et la CENCO attendent toujours d’être reçues par le Chef de l’État pour lui exposer leur désaccord au choix fait par ces six confessions religieuses, l’Assemblée nationale veut aller très vite.

A l’issue de la réunion tenue ce mardi entre le bureau de l’Assemblée nationale représenté par son Président, Christophe Mboso N’Kodia et ses deux Vice-présidents, Jean-Marc Kabund a Kabund et Vital Banywesize Mukunza Muhini, il a été décidé de la convocation dans les prochains jours, de la plénière d’entérinement des membres de la CENI.
« Nous avons souvent l’habitude de nous concerter en tant que majorité avant d’organiser des plénières d’une importance capitale comme celle qui concerne le dossier de l’enterinement des membres de la commission électorale indépendante. Nous devons aller le plus vite possible parce que nous avons un retard. Il faut combler ce retard. Plus qu’on traine, plus le retard s’accumule. Nous, nous voulons que les élections se tiennent en 2023 et l’équipe de la commission électorale nationale indépendante qui sera mise en place doit travailler d’arrache-pied pour que cette échéance là soir respectée», a expliqué le Président de l’Assemblée nationale.

Ceci faisant, Christophe Mboso met la pression d’abord sur l’ECC et la CENCO, qui sont dorénavant condamnées à revoir leur position si elles veulent réellement voir la machine se débloquer. Et ensuite, l’UNC et Ensemble pour la République, pourtant membres de l’Union sacrée de la Nation ainsi que Lamuka aile Fayulu-Muzito, qui refusent d’envoyer les noms de leurs délégués au motif que la procédure serait biaisée.

ALT.

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Vienne : José Mpanda a mené un lobbying pour le redémarrage du réacteur Trico II

Le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda Kaban…