Home Politique RDC: Encore des grands bruits d’un chambardement général dans les institutions !

RDC: Encore des grands bruits d’un chambardement général dans les institutions !

6 min read
0
0

Avec l’annonce par le Vice-premier ministre de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, de la convocation des élections des gouverneurs et Vice-gouverneurs dans 14 des 26 provinces de la RDC et la destitution controversée du gouverneur du Lualaba, Richard Muyej ainsi que la mise en accusation de celui de l’Equateur, on tend vers un chambardement dans les provinces. Au plan national, la pétition qui circule contre le Président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’Kodia, quoique visiblement pas prise au sérieux, fait craindre un énième changement de majorité parlementaire.

Si l’actuel speaker de la chambre basse du parlement tombe, il y aura de fortes chances que son collègue du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo subisse le même sort. Ce qui pourrait entrainer, ipso facto, un profond remaniement du gouvernement.

Alors que plusieurs suppositions précédent ces hypothèses, les récentes promotions opérées dans la police nationale congolaise à partir du grade de sous-lieutenant jusqu’ au colonel ont rassuré les forces de l’ordre. Du coup, une certaine opinion estime qu’il serait équitable d’étendre ces promotions aussi aux moins gradés (de deuxième classe à l’adjudant-chef).

Intervenant dans un contexte où le Commandant suprême des armées a lui-même déploré « la maffia » qui prévaudrait dans l’armée, avec notamment le démantèlement d’un réseau de détournement des soldes des hommes en uniforme, d’aucuns pensent que Félix Tshisekedi aurait intérêt à responsabiliser des hommes et des femmes compétents et à la moralité irréprochable. Ce, après avoir assuré une retraite honorable pour tous les militaires et policiers éligibles à la retraite.

Dans la magistrature aussi, on se rapprocherait de nouvelles mises en places étant donné que les dernières mises en place remontent à trois ans. Là également, le Président de la République a visiblement quelques reproches à faire à certains acteurs de ce secteur.

Lire aussi RDC: Des chambardements attendus dans l’armée, la police, la magistrature et les entreprises publiques

Par ailleurs, les chambardements attendus dans un proche avenir, n’épargneraient pas la Présidence de la République.

A ce propos, le Chef de l’Etat est appelé, après avoir reçu les rapports de l’audit de la gestion de la présidence de la République mené par l’Inspection Générale des Finances (IGF), à réduire sensiblement les effectifs des membres des structures qui l’accompagnent dans sa mission et de son propre cabinet. « Il pourra, estime-t-on, fixer le sort de certains services de la présidence de la République inutiles ».

Ces chambardements qui pourraient intervenir incessamment sont décrits par une source bien informée, comme s’inscrivant dans le cadre des « stratégies visant à préparer la réélection de Félix Tshisekedi ».

D’où la demande d’une frange de sympathisants du Chef de l’État, d’extirper du gouvernement les ministres moins efficaces dans le cadre du mécanisme d’évaluation en étude au conseil des ministres.

Sauf que l’efficacité n’a pas la même compréhension selon qu’on est à la 10 ème rue au siège du parti présidentiel ou dans un bureau huppé de l’Hôtel du gouvernement.

JPK

Lire également

RDC: Vers un remaniement «technique» du gouvernement d’ici la fin de l’année 2021

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

VACCIN « malembement »: Chronique littéraire du Prof Yoka

D’après mon patron le ministre en charge des Questions Statistiques et Tactiques, les chif…