Home Politique Découverte d’un médicament spécifique contre Ebola : José Mpanda louange Jean- Jacques Muyembe et son équipe

Découverte d’un médicament spécifique contre Ebola : José Mpanda louange Jean- Jacques Muyembe et son équipe

8 min read
0
0

La République Démocratique du Congo vient de franchir un grand pas dans la lutte contre la maladie à virus Ebola. L’équipe de l’Institut National de Recherche Biomédical (INRB) dirigée par le Professeur Jean-Jacques Muyembe a honoré le monde scientifique en mettant en place un médicament dénommé «Ebanga ». Ce médicament spécifique pour le traitement de la maladie à virus Ebola est approuvé par l’agence américaine, la FDA américaine et fait la fierté du ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda. Ce dernier s’est félicité, ce jeudi 16 juin, au cours de la cérémonie marquant le lancement officiel de cet anticorps monoclonal humain.

Se transmettant à l’homme à partir des animaux sauvages, la maladie à virus Ebola se propage dans les populations par transmission interhumaine. Son taux de létalité moyen est d’environ 50% et peut aller jusqu’à 90%. Elle tue plus que le Covid-19 dont le taux de mortalité est estimé à moins de 3%.

Ayant emporté à l’humanité cette maladie, la République Démocratique du Congo peut désormais être fière de lui offrir le médicament qu’il faut. Le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique ne pouvait qu’être aux anges, lui dont le secteur est si bien honoré.

« Ce résultat de recherche est un actif important pour mon ministère qui offre un appui scientifique à la prise en charge efficace des patients adultes et enfants atteints de la maladie à virus Ebola. Si autrefois, la prise en charge consistait en des soins de soutien précoces, axés essentiellement sur la réhydratation et le traitement symptomatique, à ce jour, la République peut se réjouir d’un traitement curatif plus amélioré qui a le mérite d’augmenter les taux de survie, à travers l’administration de Ebanga », a lancé Me José Mpanda.

Évalué dans un essai clinique dirigé par les National Institutes of Health des USA et l’INRB, avec la contribution de plusieurs autres organisations et agences internationales, « Ebanga » est à ce jour la solution sûre contre Ebola.

« Ebanga bloque la liaison du virus au récepteur cellulaire, empêchant son entrée dans la cellule », signale l’agence américaine la FDA, qui l’a approuvé.

Selon l’inventeur de « Ebanga » le chemin parcouru pour aboutir à ce résultat n’a pas été facile. « Les gens ne croyaient pas à l’efficacité de la transfusion sanguine. Faire adopter nos théories n’a pas été chose aisée car nos partenaires n’y croyaient pas. Il nous a fallu batailler ferme, en RDC mais aussi en 2016 en Afrique de l’Ouest, avec moins de succès, jusqu’à ce que nous avons trouvé un malade sur qui nous avons prélevé du sang. Et sommes enfin arrivés à un succès », a expliqué le Professeur Jean-Jacques Muyembe.

A titre symbolique pour cet exploit scientifique, le ministre de tutelle a remis un trophée au numéro un de l’INRB.

Dans la foulée, Me José Mpanda a demandé à Jean-Jacques Muyembe et son équipe de chercheurs de s’impliquer pour rééditer cet exploit contre Covid-19.
A ce sujet, il faut dire des chercheurs congolais ont mis en place des protocoles déjà appréciés et efficaces qui sont actuellement en phase de validation planétaire.

« Ebanga » ayant réussi à cette épreuve, le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique a louangé les chercheurs congolais. « C’est ici le lieu de vanter la recherche scientifique et d’exalter son rôle de socle de développement au regard de cette prise en charge efficace de cette mortelle maladie, par ce résultat de recherche. Aujourd’hui, la RD Congo a bouclé l’aspect curatif par ce protocole d’utilisation à savoir l’anticorps Ebanga, et comme Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, j’encourage la poursuite de la recherche scientifique pour le traitement préventif par la vaccination, en appuyant scientifiquement le vaccin déjà existant, à savoir le rVSV-ZEBOV et en ouvrant d’autres perspectives pour d’autres vaccins potentiels », a renchéri le patron de la RSIT.

Par ailleurs, le Professeur Jean-Jacques Muyembe a tenu à signaler qu’étant « un médicament pour une maladie rare», Ebanga n’aura pas une valeur commerciale et ne sera pas vendu au grand public.

A l’en croire, « il sera disponible à Genève (au siège de l’OMS) et à l’INRB(Kinshasa-RDC) pour que nous puissions intervenir directement en cas d’épidémie ».

RD44