Home Politique Règlementation de transport des matières radioactives : José Mpanda obtient le feu vert du conseil des ministres

Règlementation de transport des matières radioactives : José Mpanda obtient le feu vert du conseil des ministres

7 min read
0
0

C’est une bonne nouvelle pour l’ensemble de la population congolaise en général et pour le Comité National de Protection contre les Rayonnements Ionisants(CNPR) en particulier. Dans le cadre du respect des conditions de sûreté et de sûreté nucléaire et radiologique dans le chef de tous les intervenants, le Ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda a obtenu du conseil des ministres, du vendredi 17 septembre 2021, l’adoption du projet d’Arrêté interministériel portant réglementation de transport des matières radioactives.

Selon le compte-rendu de la vingtième réunion du Conseil des Ministres fait par le Porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya Katembwe, le projet d’arrêté du ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique portant règlementation de transport des matières radioactives vise à renforcer le CNPRI.

« Le Ministre de la Recherche Scientifique a présenté au Conseil un projet d’Arrêté interministériel portant règlementation de transport des matières radioactives.
Cet Arrêté vise à renforcer le pouvoir du Comité National de Protection contre les Rayonnements Ionisants (CNPRI), dans le cadre du respect des conditions
de sureté et de sécurité nucléaire et radiologique dans le chef de tous les intervenants au transport des matières radioactives sur le territoire national. Après débats et délibérations, ce projet d’Arrêté a été adopté »
, a rapporté le ministre de la Communication et Médias.

A en croire le service de communication du ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, cet arrêté interministériel aura le mérite d’assurer la protection des personnes, des biens et de l’environnement lors du transport des matières radioactives.

« Il{ndlr le ministre de la Recherche Scientifique} fait savoir que sur le plan international, la sécurité de transport des matières radioactives tire son fondement juridique de la Convention sur la protection physique des matières nucléaires dont la RDC est partie, laquelle règlemente la protection physique des matières nucléaires pendant le transport desdites matières. Tandis que sur le plan national, l’obligation d’avoir cet arrêté interministériel tire son fondement juridique de la Loi n° 017/2002 du 16 octobre 2002 portant dispositions relatives à la protection contre les rayonnements ionisants et à la protection physique des matières et des installations nucléaires ; de l’article 73 du décret n° 05/022 du 29 mars 2005 portant règlementation de la protection contre les dangers de rayonnements ionisants ainsi que de Thématique sept de sûreté (TSA7) du système de gestion des informations sur la sûreté radiologique (RASIMS) de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)», fait-on savoir, sur de propos relayés par nos confrères de Scooprdc.net.

Et au service de communication du ministre de la Recherche Scientifique de préciser que « Me José Mpanda Kabangu est très rassuré qu’une fois signé, cet arrêté aura un impact tant sur les plans national qu’international car, soutient-il, toutes les parties intervenantes dans le transport (l’expéditeur, le transporteur et le destinataire) vont respecter les conditions de sûreté et de sécurité pour le transport des matières radioactives sur le territoire national et obtenir au préalable l’autorisation du CNPRI ».

Outre le renforcement efficace de la protection des personnes, des biens et de l’environnement contre les dangers des rayonnements ionisants, cet arrêté contribuera à augmenter la considération de la RDC auprès de l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA).

Une fois pris, cet arrêté remettra le CNPRI dans ses attributions d’organe régulateur des activités radioactives en RDC. Ce qui mettra fin à la confusion entretenue par d’autres structures, à l’instar du Commissariat Général à l’Energie Atomique (CGEA), un simple opérateur, qui grignote de temps en temps lesdites attributions.

ALT.