Home Politique Rapport de l’ITIE sur le contrat sino-congolais: La mise au point de la Sicomines

Rapport de l’ITIE sur le contrat sino-congolais: La mise au point de la Sicomines

8 min read
0
0

Communication

Kolwezi 29 août 2021. La question de mines restera toujours une épice exceptionnelle dans les cuisines des affaires en République Démocratique du Congo (RDC). Un pays continent au centre de l’Afrique doté des ressources naturelles en qualité et en quantité, qui suscitent la convoitise mondiale.

Plusieurs États se battent aujourd’hui pour investir dans le secteur minier, même ceux qui n’ont jamais manifesté l’intérêt d’apporter un appui au développement de la RDC.

En fait, l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a, dans un rapport provisoire, demandé de renégocier la convention à l’origine de la création de la Sino-congolaise des mines SICOMINES S.A en sigle ; une joint-venture sino-congolaise signée en 2008.

Selon l’ITIE, cette convention évaluée à six milliards de dollars de prêt contre des matières premières, constituerait en fait « un préjudice sans précédent dans l’histoire du Congo ».

Ce rapport provisoire évoque de même plusieurs accusations incriminant gratuitement la Sicomines, notamment l’existence d’un avenant secret signé en 2017, qui permet de reverser des dividendes aux actionnaires de la joint-venture, ce qui est contraire à ce qui a toujours été dit, par contre, les premiers bénéfices devaient servir à rembourser les prêts, note une source de la Sicomines, se réservant le droit de réponse à ces accusations.

D’après les sources de cette entreprise minière chinoise, il est faux de dire que cet avenant était caché puisqu’il y a eu consensus entre les deux parties, chinoise comme congolaise.

Les investissements de la SICOMINES S.A en RDC

La SICOMINES a investi de 2008 à 2021, plus au moins 1,006 milliard USD, dont 977 millions affectés dans le projet infrastructures, d’où 43 contrats ont été conclus, couvrant toute l’étendue de la RDC, y compris la capitale Kinshasa et de plusieurs autres provinces telles que : Haut-Katanga, Lualaba, Nord et Sud-Kivu, Tshopo, Tanganyika, Kongo-central.

Par ailleurs, dans son projet d’infrastructures, la SICOMINES a participé à la construction de plus au moins 480 Km de routes, notamment, le Boulevard du 30 juin, l’Avenue du Tourisme, le Boulevard Sendwe et Triomphal à Kinshasa, la réhabilitation de la voirie de Kolwezi et celle de Kamina, le bitumage de la RN4 (Bunia-Niana) dans le Nord-Kivu, plus de 100 000 mètres carrés de bâtiments et ouvrages, à savoir l’Hôpital du Cinquantenaire, l’Esplanade du Palais du Peuple, le stade de Kalemie, la réhabilitation de l’école Hewa Bora à Kolwezi.

Actuellement, des projets routiers pour une longueur totale de 675 Km et des projets de construction des stades sont en cours d’exécution, notamment : le projet de construction et modernisation de la route Lutendele à Kinshasa, le projet de la construction et modernisation de la voirie de Kisangani, projet de construction de la RN5 (Bukavu-Nyangezi-Kamanyola-Uvura, dans le Sud-Kivu), Projet d’Ouverture de la Route Kamina- Kabongo ; Projet d’Ouverture de la Route Kabondo-Dianda-Mukwende ; Projet de construction du Pont Lomela et ses Composantes Sociales d’Accompagnements ; Projet de Réhabilitation et modernisation de la Route Kitanda-Ankoro ; Projet de Réhabilitation et modernisation de la Route Ankoro-Manono, projet de réhabilitation et modernisation Bunagana-Rutshuru et Goma, le projet de construction des stades à Bunia, Goma et Bukavu ; le contrat d’études et travaux du projet de la construction de route devant relier l’aérogare de Kalemie et le nouveau stade de Kalemie au boulevard lumumba dans le Tanganyika.

Entre-temps, le rapport intérimaire de l’ITIE prétend que de nombreux projets qui avaient été identifiés comme prioritaires n’ont jamais été réalisés.

Selon la Sicomines, ce rapport n’est pas objectif, il semble ignorer le contexte, l’exécution et la réalité de la convention. Les conclusions en effet, veulent tout simplement renverser le projet, et cela va au détriment des intérêts de la RDC. La SICOMINES reste soudée auprès du peuple congolais dans la lutte pour le développement du pays.

La SICOMINES manifeste encore le souci de contribuer nécessairement au bien-être du peuple congolais et à la croissance de la RDC, à travers les projets de développement d’industrie minière et d’infrastructures déjà initiés, conformément au programme du gouvernement congolais. Aujourd’hui il est plus que nécessaire de relancer des activités pour la croissance du pays.

La SICOMINES salue les efforts fournis par le gouvernement congolais pour améliorer les conditions de vie de ses citoyens et qui se traduit par l’État de droit.

Cellule de Communication