Home Politique RDC: Un ultimatum de 72 heures fixé au gouvernement pour supprimer le RAM

RDC: Un ultimatum de 72 heures fixé au gouvernement pour supprimer le RAM

3 min read
0
0

Les mouvements citoyens Lutte pour le Changement (LUCHA), Filimbi et le mouvement national des consommateurs lésés accordent un ultimatum de 72h au gouvernement congolais pour la suppression pure et simple du Registre des Appareils Mobiles (RAM). Cette décision a été annoncée au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 18 octobre 2021, à Kinshasa.

Pour ces mouvements citoyens, la taxe sur le Registre des appareils mobiles est illégale dans la mesure où ces prélèvements qui ont, selon le ministre des PT-NTIC, généré plusieurs millions de dollars américains, ne sont repris ni parmi les taxes de l’Autorité de régulation de la Poste et télécommunications (ARPTC), ni inclus dans la Loi des finances rectificative 2020, moins encore dans la loi des finances 2021 ou 2022.

En effet, ils exigent la suppression totale de cette taxe, qu’ils considèrent comme une « vaste escroquerie étatique », qui menace la paix sociale de la population et cela, endéans 72 heures.

Étant donné que la traçabilité des fonds déjà générés par le RAM demeure opaque, la LUCHA, Filimbi et le MNCL exigent le remboursement des crédits téléphoniques ponctionnés auprès des Congolais. Aussi, ils exigent des poursuites judiciaires contre toutes les personnes impliquées dans cette affaire.

Ces 3 organisations de la société civile disent que les réponses du ministre des PT-NTIC, Augustin Kibassa Maliba, aux préoccupations des élus nationaux étaient « imprécises » et « incomplètes » lors de sa réplique à l’Assemblée nationale.

Par la même occasion, ces mouvements ont annoncé le lancement dès lundi de la semaine prochaine, d’une campagne de sensibilisation et de mobilisation citoyennes contre la taxe RAM.

« Si le gouvernement congolais ne répond pas aux attentes de la population, préviennent-ils, les forces vives de la société civile déploieront une série d’actions fortes et puissantes à travers tout le pays pour mettre fin à ce vol organisé».

As.