Home Politique RDC: L’Union sacrée de la nation vaccinée contre le dépècement ?

RDC: L’Union sacrée de la nation vaccinée contre le dépècement ?

6 min read
0
0

Les difficultés rencontrées lors de la défunte coalition FCC-CACH qu’il formait avec son prédécesseur Joseph Kabila a rendu plus sage le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi. En mettant ensemble des profils hétéroclites au sein de l’Union sacrée de la Nation, il a assuré ses arrières, notamment en évitant de donner trop d’importance aux chefs des regroupements politiques et partis politiques membres.

Depuis la mise en place du gouvernement Sama Lukonde, les réunions des chefs des regroupements membres de la coalition majoritaire ne sont plus fréquentes. En tout, moins de cinq réunions ont été officiellement tenues depuis avril 2021.

L’essentiel des questions concernant la marche de l’Union sacrée sont traitées directement par le directoire, non formel, composé notamment du Président et du premier vice-président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso et Jean Marc Kabund, du président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo et de quelques cadres convoqués selon les besoins.

Il est d’ailleurs assez fréquent que la position exprimée par le Président ai de l’UDPS soit considérée comme celle de l’Union sacrée de la Nation.

A côté, il y a certes de proches collaborateurs du Chef de l’État et des délégués de ses principaux alliés, Vital Kamerhe, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba.
Si ces derniers peuvent prétendre avoir un droit de regard sur les décisions importantes, la désignation, l’enterrinement et l’investiture du nouveau bureau de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) viennent de prouver que le bateau de l’Union sacrée de la Nation n’a qu’un seul pilote, qui s’appelle Félix Tshisekedi.

Alors que le nouveau président de la CENI, Denis Kadima et d’autres membres s’apprêtent à prêter serment ce mardi 26 octobre 2021 devant les juges de la Cour Constitutionnelle, certaines forces sociales et politiques qui s’opposent à leur choix n’enttendent pas rester inertes. Si les oppositions FCC et Lamuka et une partie de la société civile comptent mobiliser la rue, Ensemble pour la République de Moïse Katumbi envisagerait de quitter l’Union sacrée.

A en croire des informations partagées avec insistance le weekend dernier, le parti de l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga pourra annoncer la fin de sa participation à l’Union sacrée cette semaine et donc, le divorce avec le camp présidentiel.

Entre temps, plusieurs sources affirment que plus de la moitié des députés des deux groupes parlementaires pro Katumbi, MS-G7 et AMK & Alliés prépareraient eux aussi une déclaration, pour réaffirmer leur appartenance à l’Union sacrée et leur soutien au Chef de l’État. Mais ils attendraient que le parti de Moïse Katumbi annonce officiellement sa position pour réagir coup sur coup.

Autant dire qu’au regard du travail réalisé au niveau de l’Assemblée nationale pour « fidéliser » les députés nationaux, il serait devenu difficile pour les autorités morales de leurs regroupements politiques de les convaincre de tourner le dos à l’Union sacrée de la Nation.

Les prochains jours confirmeront si la coalition majoritaire est si solidement établie que ne l’affirment les sources sus évoquées.

Jean Pérou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sud-Kivu : Suite aux fustigations de la population, Daniel Aselo ordonne l’arrêt du projet d’érection d’un cimetière à Nyatende

C’est ce qu’on appelle être proche du peuple pour répondre à ses attentes. En …