Home Politique Recherche Scientifique : La société civile du Nord-Kivu attend à bras ouverts la conférence internationale des vulcanologues et mobilise le gouvernement central

Recherche Scientifique : La société civile du Nord-Kivu attend à bras ouverts la conférence internationale des vulcanologues et mobilise le gouvernement central

6 min read
0
0

La République Démocratique du Congo abritera en novembre prochain, à Goma dans la province du Nord-Kivu, la conférence internationale des vulcanologues. La tenue de ces assises hautement scientifiques organisées par le ministère de la Recherche Scientifique et Innovation technologique est soutenue par le gouvernement belge à travers le ministre d’Etat pour la relance et les investissements stratégiques, chargé de la politique scientique, Thomas Dermine et le ministre du Musée royal d’Afrique centrale de Liège. Outre ce soutien international, le ministre congolais de tutelle, Me José Mpanda Kabangu est appuyé dans sa démarche par la société civile du Nord-Kivu.

Le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda multiplie les initiatives pour concrétiser le programme du gouvernement dans son secteur. Il aura posé à l’espace de deux mois, deux grandes réalisations qui resteront pour l’éternité écrites dans les annales de l’histoire scientifique de la République Démocratique du Congo. Il s’agit de la validation du document de politique scientifique nationale, effectuée lors de l’atelier organisé en partenariat avec l’UNESCO, du 14 au 16 octobre à Kampo Hôtel à Kinshasa.

Après ces accises qui ont réuni dans la capitale des scientifiques nationaux et internationaux travaillant pour l’UNESCO, il met le cap sur la conférence internationale des vulcanologues.

Le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique

Dotés désormais d’une feuille de route mise à leur disposition dans tous les domaines de recherche, les scientiques congolais vont s’associer à leurs collègues du mondier entier et particulièrement ceux dont les pays ont les mêmes réalités volcanologiques que la RDC pour un partage d’expériences. Objectif poursuivi: permettre non seulement aux agents de l’Observatoire Volcanologique de Goma(OVG) d’accroître leurs capacités de surveiller les volcans Nyirangongo et Nyamulagira, mais aussi aider les habitats du chef-lieu de la province du Nord-Kivu à éviter au maximum les dégâts lors des éruptions de ces deux voisins dangereux.

Pour Étienne Kambale, responsable de la thématique bonne gouvernance au sein de la coordination provinciale de la société civile du Nord-Kivu, une structure qui regroupe plus ou moins 50 organisations formelles de la société civile, l’initiative de José Mpanda constitue une opportunité pour les experts de l’OVG d’intégrer des nouvelles stratégies dans leur plan de surveillance des activités du volcan.

Ce leader de la société civile demande au gouvernement Sama Lukonde de lui apporter le soutien qu’il lui faut en vue de réduire les risques auxquels les populations de Goma sont exposées en cas d’éruption.

En clair, la société civile du Nord-Kivu exhorte le gouvernement à mettre à la disposition du ministère de la Recherche Scientifique et Innovation technologique tous les moyens financiers et matériels pour l’organisation de la conférence internationale des vulcanologues prévue en novembre prochain.

A noter que le gouvernement accorde une attention particulière à la situation du volcan Nyirangongo en particulier et des autres volcans en général. A cet effet, le ministère de la Recherche Scientifique et Innovation a soutenu récemment l’OVG dans l’installation d’une nouvelle Station GPS.

A en croire le Directeur Général de l’Observatoire Volcanologique de Goma, le Professeur Muhindo Adalbert, cette station permettra de calculer les distances entre l’OVG et les autres stations GPS.

ALT.

Lire aussi

http://Éruption volcanique et Covid-19: José Mpanda cogite avec la communauté scientifique