Home Politique Sécurité : Sylvain Mutombo et Vincent Lukanda accusés d’être impliqués dans une rocambolesque affaire de détournement présumé des produits Uranifères

Sécurité : Sylvain Mutombo et Vincent Lukanda accusés d’être impliqués dans une rocambolesque affaire de détournement présumé des produits Uranifères

11 min read
0
0

Ce sont des accusations d’une extrême gravité car impliquant la sécurité nationale. Une famille a saisi le ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique pour se plaindre de ce qu’elle considère comme le détournement de ses produits uranifères, qui faisaient l’objet d’une succession.

Sur le banc des accusés de ce présumé détournement pas ordinaire, l’ancien ministre délégué à la défense, Sylvain Mutombo et l’ancien commissaire général à l’énergie atomique, Prof Vincent Lukanda ainsi que son assistant, un certain Kabuya.

Les faits remontent au mois de novembre 2020 selon la famille dont nous taisons le nom, sécurité oblige.

Son représentant a écrit officiellement au ministre de la Recherche Scientifique et Innovation technologique, Me José Mpanda, le 15 octobre 2021, avec ampliation notamment au Président de la République, au Président de l’Assemblée nationale, au Premier ministre, au ministre des droits humains et aux services de sécurité, pour se plaindre de ce qu’elle présente comme le détournement des produits uranifères que la famille détenait depuis plusieurs années.

« Nous avions pris connaissance de la présence dans la famille de ces produits Uranifères après la mort de notre beau-frère qui les détenait depuis l’époque du Feu Mzee Laurent Désiré Kabila. Connaissant le risque qui pesait sur la famille de ma soeur de s’exposer à la radio activité, mais aussi le risque politique de garder ces produits en famille, nous avions décidé de trouver un moyen sûr pour que ces produits soient retournés à l’Etat congolais en tenant au courant et informant Son Excellence Monsieur le Président de la République de cette volonté patriotique de la famille de retourner ces produits », renseigne-t-elle au ministre de la recherche scientifique, en sa qualité d’autorité de tutelle du secteur ayant en charge la gestion des produits uranifères.

L’idée pour la famille était de solliciter du Chef de l’État une assistance pour la veuve et les orphelins, assistance du genre « arme contre 100 dollars », qui avait permis au gouvernement de récupérer des milliers d’armes dans le cadre du désarmement et démobilisation des anciens combattants.
Pas mal quand on sait que les produits uranifères sont des matières sensibles et relèvent de la souveraineté nationale.

« Pour nous, la personne qui était mieux placée pour donner l’information au Chef de l’État c’était Monsieur Sylvain Mutombo. Ce dernier nous avait mis en contact avec Monsieur Vincent Lukanda, alors Commissaire Général à l’énergie atomique car, pour Sylvain Mutombo, il ne pouvait pas informer Son Excellence Monsieur le Président de la République sans avoir l’assurance que les produits étaient bons», poursuit cette famille dont le domicile est établi dans la commune de la N’Sele à Kinshasa.

C’est ainsi que Vincent Lukanda et ses équipes du CREN-K/CGEA (Centre régional d’étude nucléaire de Kinshasa/Commissariat Général à l’énergie atomique) ont, d’après elle, procédé au test de l’activité de radioactivité, au cours duquel l’appareil qu’ils avaient amené «émettait un son » au contact de chacune des cinq barres présentées.

« Pour ces techniciens, il était hors de question que ces produits restent avec nous et ne soient pas amenés avec eux car, ils constituaient un grand danger à cause de l’activité radioactive constatée. Ne pouvant nous douter de rien car c’était pour nous la voie la plus sûre et la mieux indiquée, nous avions cédé les cinq barres », affirme la famille.

Début des aventures

A en croire la correspondance adressée au ministre de la Recherche Scientifique, l’ancien Commissaire Général à l’énergie atomique et son assistant ont du coup changé de discours, leur disant d’abord qu’ « ils devraient procéder à une analyse au CREN-K pour déterminer le taux de radiation ».

Après ladite analyse, ils leur auraient dit que seules trois sur cinq barres reçues étaient actives. C’est alors que les contacts se seraient coupés entre cette famille apparemmment de bonne volonté et le trio Sylvain Mutombo-Vincent Lukanda et son assistant.

« Depuis, les échanges que nous avions étaient coupés. Plus des réponses au téléphone, plus de réactions aux messages, nous avions vite compris qu’ils nous avaient détourné ces produits sans en avoir informé le Chef de l’État», regrette le représentant de cette famille.

Il dit avoir pris le courage de se plaindre auprès du ministre de la Recherche Scientifique seulement après avoir appris la suspension de Vincent Lukanda.

« C’est ainsi que, ayant appris par les voies médiatiques que ce monsieur qui se faisait passer pour un dieu et se permettait tout, en l’occurrence ce coup de théâtre orchestré par lui dont nous sommes victimes, venons dénoncer ce détournement et solliciter à votre Excellence votre plaidoirie auprès de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État afin d’obtenir par son sens paternel et son grand cœur une assistance et que Vincent Lukanda et ses complices soient sanctionnés car il en va de la responsabilité du Chef de l’État à l’international, mais aussi le risque de ternir l’image de la République », a-t-il conclu.
Ce, en prenant le soin de joindre à sa correspondance des photos des produits uranifères et le prélèvement des numéros de série.

Bien plus, il dit détenir des messages audios des échanges avec le trio Mutombo-Lukanda et son assistant. Affaire à suivre.

Jean Pérou Kabouira

Charger plus d'articles connexes
Load More By Admin
Load More In Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

Sud-Kivu : Suite aux fustigations de la population, Daniel Aselo ordonne l’arrêt du projet d’érection d’un cimetière à Nyatende

C’est ce qu’on appelle être proche du peuple pour répondre à ses attentes. En …