Home Politique Participation de la RDC à la COP26: Sama Lukonde et une délégation des ambassadeurs occidentaux font les derniers réglages

Participation de la RDC à la COP26: Sama Lukonde et une délégation des ambassadeurs occidentaux font les derniers réglages

3 min read
0
0

Quelles sont les attentes de la République Démocratique du Congo à l’égard du 26 sommet annuel de la Conférence de l’ONU sur le climat (COP26)? Cette question et tant d’autres liées aux préparatifs de la participation de la RDC à ce sommet qui se tiendra cette année en Glasgow, en Écosse (Royaume-Uni), ont été au centre des échanges entre le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, et les ambassadeurs des USA, de l’Allemagne et de la Norvège, mercredi 27 octobre.

Ces échanges se sont tenus cinq jours après l’adoption par le conseil des ministres du 22 octobre 2021, des dispositions prises par la Vice-premier ministre, ministre de l’Environnement et Développement durable.

D’après le compte-rendu fait par l’Ambassadrice du Royaume-Uni en poste à Kinshasa, Emily Maltman, la République Démocratique du Congo doit occuper une position du premier plan à la COP 26 conformément à ses atouts et son engagement dans la lutte contre les changements climatiques au plan international.

« Le Premier ministre est parmi les grands soutiens de ce grand programme d’avancer le pays et aussi de protéger l’environnement et la biodiversité ici en RDC. Ils ont travaillé beaucoup avec le ministre de l’environnement. Les efforts incluent beaucoup de secteurs. Il y a l’aménagement du territoire, les transports, l’énergie, le commerce extérieur, etc. Donc, le Premier ministre est très important dans la planification, l’avenir, le programme et tous les engagements du Gouvernement de la RDC », a-t-elle soutenu.

Environ 197 pays sont attendus du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow pour cogiter sur le climat. La République Démocratique du Congo sera représentée au plus haut degré car, on annonce la participation du Chef de l’État Félix Tshisekedi et plusieurs membres du gouvernement.

Ce, d’autant plus que la question du climat est transversale. Elle implique plusieurs ministères.

Junior Lomanga