Home Politique Sécurité: Des Ongdh dénoncent une « tentative d’assassinat » sur Paul Nsapu de la FIDH

Sécurité: Des Ongdh dénoncent une « tentative d’assassinat » sur Paul Nsapu de la FIDH

6 min read
0
0

Le défenseur des droits humains et vice président de la Fédération Internationale des Ligues des droits de l’homme ( FIDH), Paul Nsapu à été percuté par une moto, alors qu’il se tenait dans un arrêt des bus près de son domicile, sur l’avenue Nguma, à Kinshasa. Les proches de l’ancien candidat au poste de Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) dénoncent ce qu’ils considèrent comme une tentative d’assassinat et disent craindre pour sa sécurité.

Cette grande figure, qui a mené la guerre contre le régime Kabila, était en route pour récupérer un document important en l’absence de son garde et de son chauffeur.

Son entourage témoigne que pendant qu’il négociait un taxi à l’entrée de l’allée verte, Paul Nsapu a remarqué la présence, autour de lui, de deux hommes puis d’autres à distance, toutes suspectes. Il a été surpris par la sortie brusque d’une moto, qui l’a percuté et projeté sur la chaussée.

Il n’a eu la vie sauve que grâce à la célérité de passants, qui l’ont tiré du danger, la voie étant très fréquentée par les véhicules en ce moment de la journée.

Dans un communiqué de presse publié le lundi 08 novembre 2021, la Ligue internationale de formation en droits humains et assistance aux vulnérables(LIFDHAV) et le Centre international de Formation en droits humains et développement (CIFDH) ont fustigé l’insécurité dirigée froidement vers ceux qui ont donné tout leur vie pour défendre les libertés humaines.

« L’insécurité des défenseurs des droits de l’homme continue à faire la Une de l’actualité », affirment ces Ongdh, en évoquant le cas de Glodie Lubuya Kabeya, alors mineure, mariée de force à un officier militaire, qui reste selon elles, introuvable.

Elles ont aussi rappelé le cas d’Eugénie Gibemba Manica, journaliste à la Radio Télévision Nationale Congolaise(RTNC), qui a échappé à un assassinat organisé.
Son cousin l’ayant aidé à s’éclipser, Joseph Mabila Mukwanga, se plaint des menaces qu’il affirme recevoir d’un officier militaire.

La journaliste de la RTNC n’a jusque là pas reçu de soutien et n’a aucune défense organisée en sa faveur.

LIFDHAV et CIFDH ont cité d’autres cas, notamment de Missemba monzia Nadège journaliste indépendante, dont le fils a été tamponné par moto l’année passée par un homme non indentifié, qui a fait aussi objet d’enlèvement, aggression et viol. Des actes qui selon elles, remontent au 15 septembre 2021.

Des membres du CIFDH se disent eux-mêmes plusieurs fois victimes de menaces de mort. Un d’entre eux, Mule Mulopo, raconte qu’il a reçu maintes fois la visite des hommes, qui ont forcé sa porte la nuit et lui ont demandé de sortir. Il y a aussi, toujours d’après cette Ong de défense des droits humains, Clarisse MUAMBA, qui a pu s’exiler loin du pays après plusieurs agressions; Dimandja Germain, liliane mujinga et Francine Bahume, Cynthia Malembe Tshango, qui ont vécu également les mêmes traitements.

JPK