Home Politique Justice: Bernard Bula, le fonctionnaire des Affaires étrangères qui a aidé un réseau chinois de proxénétisme condamné à 10 ans de servitude pénale

Justice: Bernard Bula, le fonctionnaire des Affaires étrangères qui a aidé un réseau chinois de proxénétisme condamné à 10 ans de servitude pénale

3 min read
0
0

Deux chinois et un congolais ont été condamnés respectivement à 10 et 3 mois et à 10 ans de servitude pénale dans l’affaire du réseau de proxénétisme démantelé à Kinshasa. Le verdict a été prononcé tard dans la nuit du jeudi 18 novembre 2021 par le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/ Gombe. Vingt-deux des filles chinoises exploitées sexuellement ont été acquittées.

 L’affaire a choqué l’opinion nationale congolaise. Deux sujets chinois et un congolais ont été poursuivis en matière  de flagrance pour exploitation sexuel d’un groupe de filles chinoises. Selon les faits tels que relatés par le Ministère public, une trentaine de filles chinoises entrées illégalement en RDC étaient logées dans un hôtel situé sur l’avenue Oranger, numéro 4 dans la commune de la Gombe.

Elles ont été livrées, selon l’organe de la Loi, à la prostitution, sous l’exploitation de leur compatriote, responsable de l’hôtel qui les loge et de son épouse.

Pour avoir la possibilité d’exercer le plus vieux métier du monde sur le sol congolais, ces filles chinoises auraient bénéficié de l’aide de Bernard Bula, Chef de division au Ministère des Affaires étrangères.

Ce dernier leur aurait octroyé des faux visas de courtoisie. Ce fonctionnaire de l’Etat congolais au comportement irresponsable et dangereux  a été condamné à 10 ans de servitude pénale pour avoir commis un faux en écriture.

Ses deux complices chinois ont écopé de 10 ans et 3 mois de servitude pénale pour trafic des personnes à des fins sexuelles et séjours irréguliers. Huit autres chinois ont été condamnés à payer 1000 dollars américains d’amende tandis que 22 autres prévenus ont été acquittés.

Lire aussi Proxénétisme en RDC : L’APLTP insiste sur la nécessité de renforcer les mécanismes spécifiques de dédommagement des victimes

 Jean Pérou Kabouira