Home Politique RDC: Une organisation de la société civile alerte Daniel Aselo sur la « formation des milices » et la fraude douanière dans le Grand Katanga

RDC: Une organisation de la société civile alerte Daniel Aselo sur la « formation des milices » et la fraude douanière dans le Grand Katanga

5 min read
0
0

« Nous suggérons à la hiérarchie de renforcer la sécurité sur l’étendue du grand Katanga, contrôler les centres de formation militaires, procéder au remplacement des animateurs des institutions sécuritaires surtout les postes frontaliers ». C’est en ces termes que la Coordination de la Cellule nationale de l’Intérieur, une association sans but lucratif, a attiré l’attention du Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et Affaires coutumières, Daniel Aselo, sur ce qu’elle considère comme la « création des groupes des rébellions » dans les provinces du Grand Katanga.

Dans une correspondance datée du 17 novembre 2021, le Coordonnateur de cette structure de la société civile, Isaac Kazumba, affirme avoir mené des investigations qui lui auraient permis de déceler des sites de formation  de miliciens notamment dans le territoire de Malemba Kulu et dans le territoire de Kasenga.

Basée dans la ville de Kasumbalesa, dans le Haut-Katanga, la Coordination de la Cellule Nationale de l’Intérieur affirme qu’elle mène des investigations sur l’ensemble des provinces de l’espace Grand Katanga sur le plan sécuritaire. Elle a transmis au Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, des informations sécuritaires importantes.

Au regard du caractère sensible de ces informations, alternance.cd se refuse de les révéler, en attendant que l’autorité compétente agisse. Tout ce qu’on peut dire pur l’instant, c’est que cette organisation de la société civile soutient que « les différentes mouvements (ndlr milices) qui naissent sont soutenus par les gens qui s’enrichissent illicitement et continuent à le faire jusqu’à aujourd’hui par rapport aux postes qu’ils occupent ».

Elle indexe également  certaines sociétés de gardiennage travaillant dans la sous-traitance avec la DGDA de faciliter ou de bénéficier des « contrats illicites » et de financer avec l’argent provenant de la fraude douanière, la formation des milices. « Les agents de la DGDA  qui sont sensés mobiliser les recettes et appeler  les contribuables à la culture fiscale ce sont eux qui démobilisent et travaillent pour leur intérêt égoïste, le même comportement est constaté dans  les parquets qui sont sensés aider le Chef de l’Etat dans la lutte contre la corruption et autres antivaleurs sont aussi dans la magouille avec la société DACTO qui interdit la consommation et importation d’huile végétale marque SOJA  aux petits commerçants et la population », précise la Coordination de la Cellule Nationale de l’Intérieur dans sa lettre.

Selon une source bien introduite au ministère de l’intérieur, en réaction à ce rapport, le VPM Daniel Aselo s’apprêterait à dépêcher une commission d’enquête à Kasumbalesa pour vérifier ces allégations dans le but de réhabiliter les victimes dans leurs droits si les faits rapportés se vérifient et de déférer les coupables devant les instances judiciaires compétentes.

Jean Pérou Kabouira