Home Politique Ni proche du pouvoir, ni proche de l’opposition: La CENCO invite Fayulu et consorts à s’assumer

Ni proche du pouvoir, ni proche de l’opposition: La CENCO invite Fayulu et consorts à s’assumer

5 min read
0
0

S’ils espéraient se servir des revendications de l’église catholique pour en tirer des dividendes politiques, les partis politiques de l’opposition congolaise devraient commencer à paufiner d’autres stratégies. Pour cause, la Conférence épiscopale nationale du Congo(CENCO) n’entend plus servir de marche-pied aux politiques. Au cours d’un point de presse animé ce lundi 29 novembre 2021 à Kinshasa, le Secrétaire Général de l’épiscopat congolais, abbé Donatien Nshole a appelé l’opposition à s’assumer.

C’est un épisode que l’on dirait sorti tout droit d’un récit biblique où des prophètes condamnaient les ennemis du peuple de Dieu. Alors que des forces politiques d’opposition se sont réunies avec de forces sociales au sein du bloc dit patriotique pour exiger des réformes consensuelles et la dépolitisation de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), elles devront désormais composer sans l’église catholique.

L’abbé Donatien Nshole a craché du venin sur l’opposition. Il a notamment déclaré qu’ « il ne faut pas que les partis politiques de l’opposition se cachent derrière l’église ».

Se voulant précis, le Secrétaire Général de la CENCO a poursuivi qu’ « il faudrait que les opposants prennent leurs responsabilités en tant qu’opposants et ce ne sont pas des évêques membres de la conférence épiscopale nationale du Congo qui vont s’aligner derrière un parti politique ».

La distance annoncée entre l’église catholique et l’opposition ne devrait pas pourtant être considérée comme une aubaine pour le pouvoir. La raison? Les prélats « ont décidé de suspendre la participation de l’église catholique dans la plateforme des confessions religieuses ».

D’ailleurs, l’abbé Donatien Nshole a pris le soin de faire remarquer ceci: « Ce qui arrive souvent c’est quoi? Quand la prise de position de la CENCO arrange les intérêts d’un parti politique, en ce moment-là, la CENCO est applaudie. Quand ça n’arrange pas leurs points de vue, ils crachent sur la CENCO et quand ils prennent le pouvoir, ils se retournent contre la CENCO ».

Bien plus, les évêques catholiques affirment avoir levé l’option de « demander à qui de droit » de « faire preuve d’ouverture afin de rassurer toutes les parties prenantes de la transparence et de l’inclusivité du processus électoral ».

La CENCO encourage en même temps « les fidèles laïcs à prendre leur responsabilité citoyenne pour l’avènement d’un Congo plus beau qu’avant ».

C’est dire que Martin Fayulu, Adolphe Muzito de la plateforme Lamuka et leurs collègues opposants du Front Commun pour le Congo(FCC) devront se réinventer pour poursuivre leur combat sans le poids de la puissante église catholique.

JPK