Home Politique Gouvernorat du Sankuru : Alexis Luwundji fait l’unanimité

Gouvernorat du Sankuru : Alexis Luwundji fait l’unanimité

9 min read
0
0

Destitué par l’Assemblée provinciale, l’ancien gouverneur du Sankuru, Joseph Stéphane Mukumadi, semble appartenir au passé. En attendant la fixation de la date pour la tenue de l’élection du nouveau gouverneur, les tractations ont débuté pour la désignation du candidat commun pour sa succession. Dans les salons politiques le nom du député national Alexis Luwundji Okitasombo sortirait du lot.

Selon les câbles d’alternance.cd, l’élu de Lodja dévancerait tous les autres potentiels candidats et mettrait d’accord même ceux qui étaient considérés jusque-là comme ses adversaires politiques.

Ses principaux atouts : une maîtrise de la politique du Sankuru, de bons rapports avec toutes les élites de la province, un encrage politique et social indéniable, un courage rare, de soutiens au niveau national, une probité morale irréprochable ou encore de bons rapports avec une jeunesse du Sankuru devenue très obligeante depuis qu’elle a vu ses espoirs de construire une province pivot au centre de la RDC s’envoler, à cause, dit-on, de l’incompétence Mukumadi, qui a bénéficié du soutien de caciques du PPRD pour son élection contre Lambert mende.
C’est serait donc un motif d’espoir pour la population Sankuroise, qui se sent abandonnée par ses élites.

Hon. Alexis Luwundji lançant les travaux de réhabilitation de la voirie de Lodja en décembre 2019. Ph.dr.t.

Le plébiscite d’Alexis Luwundji par les notables et élites du Sankuru pour se porter candidat à l’élection du gouverneur et sa victoire assurée constitueront un chassé-croisé Lodja Lodjacien, quand on sait que le gouverneur déchu est originaire du territoire de Lodja et du même secteur que le grandissime favori à sa succession.

Pas mal car on sait également que ce territoire a plus de députés provinciaux que d’autres territoires du Sankuru pris séparément et surtout que ses élites savent facilement mettre de côté ce qui les divise lorsqu’il faut propulser un des leurs.

Ce qui n’est pas le cas pour les élites d’autres territoires du Sankuru, notamment les très «intellectuels » et «savants » de Katako-Kombe, réputés moins pragmatiques.

Il reste que Kinshasa n’aurait visiblement pas encore tourné la page Mukumadi, cet ancien gouverneur que l’on dit avoir pris de l’envergure en se faisant adopter par un « frérot » du président de la République. Mais au regard de la pression qui ne cesse de monter dans le chef de la population, il est devenu indéniable que le successeur du professeur Berthold Ulungu ne pourrait plus remettre ses pieds au Sankuru en tant que gouverneur.

Encore que sa gestion a été famélique, lui dont le bilan se résumerait par des accueils chaleureux dans la province et la promesse faite à Kinshasa, d’après nos sources, « d’enterrer politiquement tous les vieux ».

Deux ans et demi après son élection, force est de constater que Joseph Stéphane Mukumadi s’est révélé être une véritable esroquerie politique et un gâchis.

Son potentiel successeur, au regard de ses capacités, de son encrage politique et de ses réseaux au niveau national, est appelé, s’il parvient à se faire élire, à éviter de transporter les adversités avec ses adversaires politiques de Lodja, notamment ses aînés et collègues députés nationaux Lambert Mende, Jean-Charles Okoto et Emmanuel Ompeta dans la gestion de la province.

Sinon, il pourra donner raison à ceux qui estiment que remplacer un trafiquant par un ancien trafiquant (NDLR: Alexis Luwunndji était un trafiquant de diamants avant son entrée en politique} serait une erreur.

Un train d’union entre deux générations

Commentaire d’un jeune qui côtoie Alexis Luwundji depuis des années : « Avec lui comme Gouverneur, le Sankuru peut soulever de montagnes. C’est une personnalité d’un courage rare et d’une détermination or normes. Quand il veut obtenir quelque chose, il l’obtient ».

Et, le moins que l’on puisse ajouter, c’est que non seulement il est courageux, mais surtout Alexis Luwundji maîtrise le Sankuru comme sa poche.

En effet, contrairement à Joseph Stéphane Mukumadi qui a presque tout découvert au plan politique seulement après son élection, il a le mérite d’être dans la politique active depuis près de quinze ans, d’avoir appris aux côtés des grands notables et leaders du Sankuru.

Au-delà de tout, l’élu de Lodja est considéré comme un train d’union entre les cadors de la politique du Sankuru et les jeunes.

Pour cause, il est un des rares élus de cette province réputée conflictuelle, à entretenir de bons rapports avec la quasi totalité des députés provinciaux et nationaux et les sénateurs. Qui mieux que lui pourra alors prétendre incarner l’unité des fils et filles de la province de Lumumba? La réponse est non.

Jean Pérou Kabouira