Home Politique Rose Mutombo et l’APLC à la conférence mondiale contre la corruption en Egypte

Rose Mutombo et l’APLC à la conférence mondiale contre la corruption en Egypte

4 min read
0
0

Environ 150 pays sont réunis depuis lundi 13 décembre 2021, à Charm el-Cheikh, en Egypte, pour la Conférence des Nations Unies contre la Corruption. Plus de 2000 personnes représentant des gouvernements, des organisations régionales et intergouvernementales, la société civile, des universités et le secteur privé, se sont inscrites pour participer en présentiel ou virtuellement à la conférence, qui se poursuit jusqu’au 17 décembre.

La République Démocratique du Congo y est représentée par la ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Rose Mutombo et le Coordonnateur de l’Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC).

Dans son discours d’ouverture, Ghada Waly, Directrice exécutive de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a soutenu que pour vaincre la corruption endémique, il faut viser un changement fondamental des mentalités, qui rejette la corruption à tous les niveaux.

Les participants cogitent sur les voies et moyens de faire avancer l’action par le biais de la Convention des Nations Unies contre la Corruption (CNUCC) et renforcer les réponses d’intégrité à la pandémie de Covid-19.

Rose Mutombo a axé son intervention sur la nouvelle stratégie nationale de lutte contre la corruption adoptée nouvellement en République Démocratique du Congo.

« Dans le cadre de la définition des politiques efficaces et coordonnées en vue de prévention de la corruption, une nouvelle stratégie nationale de lutte contre la corruption a été adoptée en République Démocratique du Congo, intégrant les recommandations des états généraux. Qu’il me soit permis de féliciter ici l’Agence Nationale de Prévention et de Lutte contre la Corruption, en sigle APLC et l’Observatoire de Surveillance de la Corruption et de l’Ethique Professionnelle, qui ont réussi, avec le concours d’experts d’autres institutions et structures, à revisiter ladite stratégie dans les différents axes à savoir la prévention, la détection, la répression et la coopération internationale », a déclaré la ministre d’Etat à la Justice et Garde des Sceaux.

Dans un message vidéo, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres a indiqué que cette conférence est une occasion de renforcer la coopération et accélérer l’action mondiale contre la corruption.
« Redonnons espoir et restaurons la confiance dans les institutions. Il est maintenant temps d’agir pour un avenir plus sûr, plus prospère et plus juste », a-t-il lancé.

Junior Lomanga