Home Politique RDC: Sama Lukonde fragilisé par ses ministres

RDC: Sama Lukonde fragilisé par ses ministres

4 min read
0
0

Près d’une année après sa nomination, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde semble avoir perdu le contrôle du gouvernement. Ses difficultés à gérer certains de ses ministres donnent raison à ceux qui estimaient dès le départ, qu’il n’était pas l’homme de la situation pour diriger le gouvernement d’une large coalition qu’est l’Union sacrée.

Des ministres qui sabotent intentionnellement l’autorité du premier ministre ou qui sabotent ses décisions, on en compte dans le gouvernement Sama Lukonde.

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU), Muhindo Nzangi en est la triste parfaite illustration.

Ce dernier a défié publiquement Sama Lukonde, notamment en nommant et en affectant les membres des comités de gestion des établissements publics de son secteur, sans en informer le Conseil des Ministres.

Lire aussi Énième bêtise à l’ESU: Muhindo Nzangi humilie le Premier ministre à la cérémonie d’ouverture de l’année académique

Ensuite, après la suspension de son arrêté par le premier ministre, il s’est permis d’inviter à la cérémonie d’ouverture officielle de l’année académique 2021-2022, des membres de comités de gestion dont l’arrêté a été suspendu, une manière pour lui de leur dire qu’ils vont entrer en fonctions.

Cour petaudière?

Alors que l’on croyait que Muhindo Nzangi allait être sanctionné, par exemple en étant interdit de participer aux réunions du Conseil des Ministres ou même suspendu voir révoqué du gouvernement, le ministre de l’ESU n’a pas été inquiété.

Par conséquent, d’autres ministres qui semblaient craindre ou respecter le Premier ministre se sont libérés de leur peur et commenceraient à signer des arrêtés en cascade, sans se référer au Conseil des Ministres.

Du coup, c’est un désordre total qui règne dans la gestion de certains ministères au point que la confusion s’installe progressivement et rapidement autour de qui décide réellement dans le gouvernement.

Junior Lomanga