Home Sécurité RDC: Sale temps pour des exilés rentrés au pays suite à l’appel de Félix Tshisekedi

RDC: Sale temps pour des exilés rentrés au pays suite à l’appel de Félix Tshisekedi

6 min read
0
1

Critiquée pour ses méthodes répressives sous Joseph Kabila, l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) n’a décidément pas pris le visage humain. Bien qu’ayant changé d’animateurs au plus haut niveau, ce puissant service de l’État autrefois dirigé par Kalev Mutond, aujourd’hui en fuite, est toujours par des organisations de défense des droits de l’Homme.

Cette situation fait que certains congolais exilés pour des raisons politiques ont peur de regagner le pays au regard de la présence des hommes identifiés comme pro Kabila au sein de armée, police et services de renseignements et à l’inaction du Président Tshisekedi malgré les rapports des différents organismes des droits de l’homme faisant état des enlèvements, tortures et des menaces de mort qui planent sur centains exilés politiques rentrés au pays.

D’autres opposants à l’ancien régime ont par contre, au vu des menaces qu’ils subissaient, préféré rebrousser chemin vers leurs pays d’acceuil pour se mettre à l’abri. Faits étonnant, il est curieux de constater que certains membres de l’UDPS, le parti au pouvoir, indinxés par l’ancien régime, ne sont pas libres de leur mouvement à l’intérieur du pays sous la barbe impuissant de leur chef.

Pourtant, l’arrivée de Félix Antoine Tshisekedi au pouvoir en RDC avait suscitée un espoir dans l’opinion publique congolaise, surtout que le Chef de l’Etat congolais avait pris des mesures encourageantes, notamment celle portant « grâce présidentielle pour tous les prisonniers politiques » et accordé le retour des exilés qui se trouvaient à l’extérieur du pays pour des raisons politiques.

La mesure de libération des prisonniers politiques a été bénéfique à de nombreux opposants emprisonnés sous le régime Kabila à l’instar de Eugène Diomi Ndongala, Firmin Yangambi ou Franck Diongo.

S’agissant du retour au pays des exilés, certaines personnalités congolaises comme Moïse Katumbi, Floribert Anzuluni, Paul Nsapu …et autres sont rentrés au pays.

Des sources proches de la société civile font état d’actes de menaces et d’intimidations visant certains exilés rentrés au pays.

Paul Nsapu, un cas qui interpelle

Paul Nsapu, Président de la Ligue des Électeurs et Vice-président de la Fédération internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH), ici sur la photo, rentré au pays après avoir passé plusieurs années d’ exil en Europe, a été agressé dans un quartier huppé de Kinshasa.

Son agression a provoqué beaucoup de réactions de la part des organisations des droits de l’Homme du pays et au niveau international comme la Fédération internationale des Ligues droits de l’homme (FIDH).

Au sein de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), l’inquiétude demeure toujours au sein des familles des victimes qui ont perdu leurs vies lors de l’incendie criminel perpétré par les éléments de la garde républicaine au siège du parti à Limete .

Des familles regrettent que jusqu’à présent, la justice n’a jamais été rendue pour ces militants alors que leur parti dirige le pays depuis trois ans.

Jean Pérou Kabouira