Home Politique Élections partielles de gouverneurs : Le décor du monnayage des voix déjà planté

Élections partielles de gouverneurs : Le décor du monnayage des voix déjà planté

5 min read
0
0

Alors que des voix se sont élevées ces derniers mois pour fustiger l’instabilité des institutions provinciales, les prochaines élections partielles de gouverneurs et de vice-gouverneurs risquent de ne pas apporter de solution escomptée. Pour cause, la plupart des 780 députés provinciaux du pays vivent dans la misère et sont exposés au risque de la corruption.

Ils ont constitué une délégation, qui a été reçue samedi 12 février 2022 par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde. Au menu de leurs échanges : le paiement de leurs arriérés d’ émoluments.

A deux mois de la tenue des élections de gouverneurs et/ou vice-gouverneurs dans quatorze des vingt six provinces de la RDC, le décor d’une corruption à grande échelle se dessine.

D’un côté, les cadors de l’Union Sacrée de la Nation, plateforme présidentielle, peinent à se mettre d’accord autour des candidats uniques à présenter dans différentes provinces.

De l’autre côté, des députés provinciaux, grands électeurs des gouverneurs et vice-gouverneurs, semblent être déterminés à se faire pleines les poches. En effet, considérant ces élections comme une dernière occasion de se faire du pognon, certains députés provinciaux promettent de « vendre » leurs voix aux mieux offrants.

Mais déjà, on apprend que dans presque toutes les provinces concernées, chaque député cherche à entrer individuellement en contact avec les probables candidats pour négocier personnellement le marché. N’en déplaise à leurs parrains ou aux chefs de leurs regroupements politique.

Pour revenir à leur rencontre avec le chef du gouvernement, il faut dire que les élus provinciaux de 26 provinces du pays lui ont demandé entre autres, l’apurement de leurs arriérés, la régularité de leur paiement, le paiement des frais d’installation pour les assemblées provinciales et celui de la session inaugurale pour six provinces.

Selon Blanchard Takatela, présidente du collectif des députés provinciaux, le Premier ministre a pris bonne note de leurs revendications et s’est engagé à faire rapport au Chef de l’État avant d’instruire les ministres sectoriels pour une solution idoine.

En attendant, chaque future candidat Gouverneur ou vice-gouverneur de 14 provinces concernées devra prévoir un budget considérable pour espérer satisfaire des électeurs majoritairement affamés et visiblement déterminés à ne faire de cadeau à personne.

Les provinces concernées sont le Bas-Uélé, le Haut-Lomami, le Kasaï Oriental, le Kasaï-Central, Kinshasa, le Kwango, le Kongo Central, la Mongala, le Tanganyika, la Tshopo, le Sankuru, le Maï Ndombe et la Lomami.

JPK

Dans la même catégorie

Instabilité des institutions provinciales : Félix Tshisekedi désigne les coupables

Instabilité des institutions provinciales : Le triste exemple du Grand Kasaï

Élections de gouverneurs de provinces : Le pari risqué du tandem Bahati-Mboso