Home Politique Gouvernorat du Sankuru : Les hommes ayant échoué, pourquoi ne pas faire confiance à une femme?

Gouvernorat du Sankuru : Les hommes ayant échoué, pourquoi ne pas faire confiance à une femme?

6 min read
0
0

Ça se bouscule au portillon pour l’élection du gouverneur et Vice-gouverneur du Sankuru, prévue le 16 avril prochain. Alors que les tractations politiques se font et se défont et que les députés provinciaux sont dragués comme les plus belles filles du quartier, c’est le temps de mettre en lumière des femmes qui font bouger les lignes dans leurs domaines et qui prouvent qu’elles peuvent réussir là où les hommes ont échoué.

Alternance.cd a choisi de braquer les projecteurs sur quelques femmes originaires du Sankuru, qui peuvent faire mieux que les ex gouverneurs Berthold Ulungu et Joseph Stéphane Mukumadi.

Place dans le premier volet de cette série d’articles, à Madame Bernadette Shungu Akuka.

Si vous ne la connaissez pas, retenez bien son nom et son visage. Elle rayonne dans son domaine, à l’international, particulièrement dans plusieurs associatifs. La plus connue est « Elikya na biso » (notre espoir) dont elle est co-fondatrice et présidente.

Elle est aussi membre du bureau et porte-parole de SOS Racisme Dijon, en France où elle a passé une bonne partie de sa carrière professionnelle.

Mais à la différence de certains congolais de la diaspora qui ont la réputation de vivre de «coups de mains » en Europe, elle a travaillé réellement dans des institutions de renom. C’est notamment le cas du CHS la Chartreuse de Dijon et de la Clinique Sainte-Marthe de la même ville où elle travaillé comme agent administratif et ensuite comme infirmière.

Avant de se rendre en France, Bernadette Shungu Akuka a travaillé pendant des années à la Clinique Ngaliema de comme infirmière.

Les Jeannine Mabunda, Eve Bazaiba, Marie Ange Lukiana et autre Nicole Bwatshia Ntumba se sont engagées en politique pour atteindre le sommet, pourrait-t-on reprocher à ceux qui espèrent voir un jour la fille de Monsieur Raphaël Kalonda Matete et de Madame Bernadette Shindje briguer le gouvernorat du Sankuru.

Lire aussi Élection du gouverneur du Sankuru : Corneille Nangaa propose trois alternatives aux député provinciaux

Un coup d’œil sur le CV de cette femme permet de comprendre qu’elle est dans la politique active depuis 2006. Elle exerce actuellement les fonctions de Secrétaire Fédérale adjoint de la Fédération de l’UNC( Union pour la Nation Congolaise) France. A ce titre, elle est un des piliers du parti politique de Vital Kamerhe.

Outillée pour résoudre des situations compliquées

Citoyenne du monde, Bernadette Shungu Akuka a suivi une série de formation notamment en communication politique, communication non verbale, prendre la parole en public, technique de l’endoctrinement, rédiger et tenir un discours, politique de la ville, logement et peuplement etc.

Des atouts qui lui seraient très utiles si elle décide de se porter candidate au poste de gouverneur du Sankuru, une province problématique.

Toutefois, la balle est dans le camp des députés provinciaux. Ces derniers sont appelés à privilégier la compétence et la moralité pour espérer obtenir le pardon de la population Sankuroise pour les bêtises qu’ils ont commises durant les trois dernières années, en complicité avec l’ex-gouverneur Joseph Stéphane Mukumadi.

Le président de l’Assemblée provinciale du Sankuru, Benoît Olamba et ses collègues sont donc encouragés à se souvenir de cette pensée de Charles-Maurice de Talleyrand: « Là où tant d’hommes ont échoué, une femme peut réussir ». Rendez-vous dans deux mois.

JPK