Home Politique RDC : Daniel Aselo appelé à réguler l’industrie de la sécurité privée

RDC : Daniel Aselo appelé à réguler l’industrie de la sécurité privée

7 min read
0
0

La Gouvernance de la sécurité privée en République Démocratique du Congo mérite bien une attention particulière. C’est ce qui a été étayé, le vendredi 18 février 2022, au Salon Kasaï du Pullman Hôtel, au cours d’un atelier de validation et lancement de la feuille de route des parties prenantes pour une bonne gouvernance de l’industrie de la sécurité privée en RDC.

Lancée par M. Godefroid Tshimanga, Directeur de Cabinet du ministre de l’Intérieur, cette feuille de route est le fruit d’un effort concerté par les multipartites depuis 2018.
Son objectif est de s’assurer que les sociétés de gardiennage contribuent pleinement à la sécurité de leurs clients.

Pour rappel, l’Observatoire d’Etudes et d’Appui à la Responsabilité Sociétale et Environnementale (OEARSE) avec l’appui et la collaboration du Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité, de Genève (DCAF)et de l’Association du Code de conduite internationale (ICoCA) a accompagné les partie prenantes dans un processus afin permettre une amélioration de la gouvernance de l’industrie de la sécurité privée en RDC.

C’est un ainsi que Mme Gabrielle Priklopolove, Chargée principale du projet dans la division entreprises et sécurité, département politique et recherche du Centre pour la gouvernance du secteur de la sécurité, de Genève DCAF, a souligné que son Centre est très honoré de pouvoir accompagner cet élan de la part de toutes les parties prenantes, autorités de régulations, organisations de la société civile, entreprises de gardiennage qui ont exprimé la volonté de collaborer pour renforcer la gouvernance de la sécurité privée afin d’augmenter la protection des droits humains dans la paix.

‘’ Le processus de développement de la feuille de route, a-t-elle dit, a été lui-même un grand succès. Les débats qui ont conduit à sa finalisation ont été vifs mais, ont toujours été dans le respect mutuel et la volonté de trouver le consensus. Ces dynamiques positives et constructives prédisent un terrain favorable pour le chantier du renforcement de la réglementation et gouvernance des entreprises de gardiennage’’.

Elle espère que cette feuille de route éclairera toutes les parties prenantes sur le chemin à emprunter pour atteindre des avancées significatives dans l’encadrement du secteur et donc dans la protection des droits humains de tous.

Le même vœu de voir appliquée cette feuille de route aux entreprises de la sécurité privée opérant dans un environnement complexe, a été émis par Giuseppe Scirocco, chargé de Monitoring de l’Association du Code de conduite internationale (ICoCA). Il a salué la détermination de toutes les parties prenante de contribuer à une bonne gouvernance de la sécurité privée et, il attend les prochaines étapes de l’implémentation en RDC avec impatience.
Car, a-t-il expliqué, les défis sont énormes dans ce secteur qui regorge actuellement beaucoup d’entreprises.

Parmi ces défis, il s’agit  à titre indicatif, des conditions de travail désastreuses où les agents de sécurité privés fournissent des services de sécurité dans des conditions de travail désastreuses qui, souvent, ne semblent pas préoccuper le client, ni l’entreprise de sécurité privée elle-même ; du faible contrôle et maitrise du secteur particulièrement dans les processus de recrutement qui ne garantissent pas un contrôle efficace des candidats.

Ce qui aboutit souvent à l’emploi de gardes ayant fait partie de la sécurité publique, d’une milice ou d’une rébellion au cours des cinq dernières années dans certaines régions ; du manque d’information qui est marquée par sa nature secrète ; certains clients des entreprises de sécurité privée ne font pas toujours preuve de la diligence requise lorsqu’ils passent un contrat avec des prestataires de sécurité privée.
Il arrive ainsi qu’ils travaillent avec des prestataires mal formés, des prestataires opérant sans remplir toutes les conditions légal vis à vis des institutions du pays.

Jules Ntambwe