Home Politique Élections en RDC: L’IFES et le CASC lancent l’initiative pour les réformes, la réussite et la viabilité électorale

Élections en RDC: L’IFES et le CASC lancent l’initiative pour les réformes, la réussite et la viabilité électorale

4 min read
0
0

La Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES) et le Collectif d’Action d’Actions de la Société Civile (CASC) ont lancé, ce vendredi 25 février 2022, l’ « initiative pour les réformes, la réussite et la viabilité électorale »(iREVE). Cette activité a connu la participation du deuxième Vice-président de la CENI, Didi Manara.

Les réformes visées sont notamment la loi électorale, l’identification et enrôlement des électeurs et la loi sur la répartition des sièges.

Au nom du président de la Commission Électorale Nationale Indépendante, Denis Kadima, le deuxième Vice-président de la CENI a indiqué que cette initiative vient appuyer la feuille de route de la centrale électorale récemment publiée et qui est déjà en cours d’exécution.

« J’apprécie l’initiative qui vient d’être lancée à ce jour et j’en appelle aux parties prenantes à la participation active aux réflexions sur les réformes pour la réussite du processus électoral, car, la CENI est déterminée à respecter la constitution en organisant les scrutins dans le délai. Cette question des réformes est au centre des intérêts pour la tenue des bonnes élections, vous savez que la CENI attend à ce jour le cadre juridique pour l’organisation des élections. Nous ne pouvons pas évoluer si ce cadre n’est pas mis en place », a déclaré Didi Manara.

A en croire Joseph Kinzo du CASC et Secrétaire exécutif d’iREVE, le souci des parties prenantes à l’initiative pour les réformes, la réussite et la viabilité électorale est de pouvoir réformer ce qui se fait sur le terrain en essayant d’élever le niveau de participation au processus électoral.

Le représentant pays de l’IFES, Sylla Mountaga a relevé que le projet IFES a deux volets.

« Le premier, c’est l’assistance technique à la CENI pour rehausser et renforcer les activités de transparence électorale mais aussi de participation de tous. Le deuxième volet, c’est appuyer le processus de réforme à la fois avec la CENI mais aussi la société civile. Ce qui fait qu’il faut conjuguer des efforts pour avoir une certaine synergie d’action et cette dernière ne peut pas se faire sans appui sur les existants qui sont les réformes déjà proposées mais aussi la plaidoirie auprès des institutions », a-t-il expliqué.

Junior Lomanga