Home Politique XII ème Conférence Diplomatique : Christophe Lutundula préconise des mesures pour la participation de la diaspora congolaise au développement de la RDC

XII ème Conférence Diplomatique : Christophe Lutundula préconise des mesures pour la participation de la diaspora congolaise au développement de la RDC

12 min read
0
0

C’est parti pour la XII ème   Conférence diplomatique de l’histoire de la République Démocratique du Congo. Le personnel du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale, diplomates et agents administratifs se réunissent, durant trois jours, à dater de ce samedi 26 février 2022, autour du thème : « Une diplomatie au service du développement de la République Démocratique du Congo et de la paix ». 

Les travaux ont été ouverts par le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo,  en présence notamment du Premier ministre, du Président de la Cour Constitutionnelle, du Premier président de la Cour de Cassation, du Premier Président du Conseil d’Etat, de plusieurs membres du gouvernement et de plusieurs autres personnalités dont des diplomates.

Dans son allocution, le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala Pen’Apala, a salué la présence, pour la première fois depuis l’inauguration du siège du Ministère des Affaires étrangères en 1974, d’un Chef de l’Etat pour marquer physiquement de son empreinte une réflexion profonde sur la politique extérieure du pays et sa diplomatie.

« Ce geste, a-t-il expliqué à l’attention du Chef de l’Etat, ne laisse aucun doute sur l’importance que votre très haute Autorité attache à la redynamisation de la diplomatie congolaise et sur la confiance que vous faites à ses animateurs  pour réaliser votre noble ambition de construire notre pays sur des bases solides et de le repositionner parmi les Etats respectés du monde ».

  Il a soutenu que c’est un signal fort à la communauté des Nations quant à la détermination des dirigeants de la République Démocratique du Congo au plus haut niveau de l’Etat, non seulement de redorer son image sur la place publique internationale, mais aussi de mieux s’outiller pour  contribuer  à la solution  des maux qui rongent actuellement l’humanité. Parmi ces maux, il y a entre autres, le terrorisme, la dégradation de la biodiversité, la pandémie de Covid-19, la récession économique et la pauvreté du plus grand nombre.

Nécessité d’un dialogue permanent avec la diaspora congolaise

Le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères a indiqué que l’organisation de la XIIème   Conférence diplomatique est dictée non seulement par les mutations politiques, économiques et sociales qui ont jalonné la vie nationale depuis la XIème  Conférence tenue en 2010, mais aussi par les défis et enjeux internationaux de l’heure.

Parmi ces défis, il a énuméré la zone de  « fortes turbulences » qu’a traversée la RDC à partir de 2016. A l’en croire,  les conséquences de cette zone de fortes turbulences ont été notamment,  « sa mise en quarantaine diplomatique (NDLR celle de la RDC) par suite des atermoiements du pouvoir de l’époque d’organiser les élections crédibles dans les délais constitutionnels et de la répression sanglante des manifestants pacifiques réclamant ces élections ; le dérapage du cadre macroéconomique ; le ralentissement de la croissance économique et le refroidissement de la coopération bilatérale et multilatérale avec les bailleurs des fonds, spécialement avec les institutions de Breton Woods ».

Adapter la diplomatie congolaise à la nouvelle configuration politique des institutions de la République

 Après avoir résumé les événements qui ont conduit à la mise en place du gouvernement de l’Union sacrée de la Nation, le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères a énuméré les tâches prioritaires du programme dudit gouvernement en  matière de politique extérieure, confiées à son ministère.

Il a cité entre autres, faire participer la RDC au leadership, à la consolidation de la paix et au développement de l’Afrique et l’aligner parmi les acteurs de poids sur la scène internationale ; intensifier la coopération régionale et internationale sans exclusive, dans une approche d’ouverture privilégiant   le renforcement des relations économiques, des échanges commerciaux et des partenariats gagnants-gagnants au profit de tous les congolais. Il y a également faire de la diplomatie l’un des principaux outils et piliers du développement de la RDC ; redynamiser et renforcer la représentation diplomatique de la RDC ; restaurer la dignité du personnel diplomatique, le motiver davantage et le rendre plus professionnel et enfin, redorer l’image de la RDC à l’extérieur.

Didier Mazenga, Min.Integration Régionale et Francophonie

« En application de ce programme et face à la persistance de la gangrène de l’insécurité au Nord-Kivu, en Ituri et au Sud-Kivu, le Chef de l’Etat a, conformément aux articles 85 et 144 de la Constitution, proclamé l’état de siège dans ces provinces de l’Est infiltrées, en plus par des terroristes de la mouvance islamiste », a rappelé Christophe Lutundula.

Il a annoncé  que cette conférence diplomatique doit également se pencher sur la problématique de la coexistence entre la RDC et ses voisins. « Globalement, a-t-il poursuivi, la vie de nos compatriotes à l’étranger et les relations tumultueuses qu’ils entretiennent parfois avec nos missions diplomatiques ainsi que les autorités nationales appellent à porter une attention soutenue sur leur sécurité dans les pays d’accueil, à définir un cadre de dialogue permanent avec eux et à prendre des dispositions en vue de leur participation active au développement du pays ».

Ambassadeur Atoki Ileka, Dircab du VPM des Affaires étrangères

Pour le VPM Lutundula, la RDC doit i s’adapter à la révolution des technologies de l’information et de la communication traduite par le numérique. « Dans cette perspective, a-t-il argumenté, il est impérieux notamment d’ajuster notre politique extérieure et d’adopter des stratégies diplomatiques adéquates afin, d’une part, de capitaliser les opportunités de partenariat offertes par la coopération internationale pour optimiser l’exploitation d’énormes ressources naturelles de la RDC au profit du peuple congolais et, d’autre part, de faire entendre sa voix dans le concert des Nations, en particulier en Afrique sur les enjeux de l’heure ».

  Il a renchéri par ailleurs, que  la XIIème Conférence Diplomatique s’inscrit « dans l’impératif  d’ajustement stratégique de la politique extérieure de la RDC, d’adaptation de sa diplomatie à la nouvelle configuration politique des institutions de la République, aux options fondamentales levées par le Chef de l’Etat et aux réalités actuelles de l’environnement internationale d’une part, et d’autre, dans celui de modernisation de son administration ».

RD44