Home Politique Assistance aux Congolais vivant en Ukraine: Les démarches initiées par le Ministère des Affaires étrangères approuvées par le Conseil des ministres

Assistance aux Congolais vivant en Ukraine: Les démarches initiées par le Ministère des Affaires étrangères approuvées par le Conseil des ministres

7 min read
0
0

Les efforts fournis et l’action menée par le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala, pour la prise en charge et la sécurité des congolais vivant en Ukraine sont totalement soutenus par le Président de la République, Félix Tshisekedi Tshilombo et le gouvernement de la République. Ces derniers en ont pris acte, au cours de la quarante-troisième réunion du Conseil des ministres, présidée en visioconférence, vendredi 4 mars 2022, par le Chef de l’État, sous la supervision du Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, il y a dix jours, chaque pays ayant de ressortissants dans cet État bombardé par l’aviation russe cherche de solutions pour épargner ses sujets. La République Démocratique du Congo n’est pas en reste.

Ainsi, le 28 février dernier, au lendemain du début de l’invasion, le chef de la diplomatie congolaise a instruit la mission diplomatique congolaise en Pologne, un pays frontalier de l’Ukraine, de « suivre la situation de près et de communiquer l’état de besoin à cet effet ».

Le Vice-premier ministre des Affaires étrangères a saisi le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), pour apporter le soutien nécessaire à ces congolais.

Le même jour, il a échangé avec l’ambassadeur de Russie en RDC au sujet de l’évacuation des étudiants congolais bloqués en Ukraine.

Deux jours plus tard, Christophe Lutundula Apala a reçu, mercredi 2 mars, quatre ambassadeurs de pays du G7 en RDC, notamment le Français Bruno Aubert, le Canadien Benoît-Pierre L’aramée, l’Allemand Dr Olivier Schnakenberg et le japonais Minami Hiro.

D’après l’ambassadeur de France à Kinshasa, ils ont échangé entre autres, sur le principe de l’attachement de ces pays et de la RDC à la Charte des Nations-Unies et au respect de la souveraineté et des droits de l’homme.

Un jour plus tôt, soit mardi 1 er Mars 2022, le Vice-premier ministre, ministre des affaires étrangères, a échangé en visioconférence, avec des étudiants congolais inscrits à l’Université d’État de Soumy, située dans la ville qui porte le même nom, au Nord-est de l’Ukraine.

Le VPM des Affaires étrangères a fait le point au Conseil des ministres de toutes ces démarches et d’autres entreprises sur le plan diplomatique pour assister les congolais vivant en Ukraine. Le conseil a pris acte de son action.

Voici un extrait du compte rendu de la quarante-troisième réunion du Conseil des Ministres fait par le Ministre de la Communication et Médias, Porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

Situation des ressortissants congolais en Ukraine

Le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula Apala a fait le point au Conseil des ministres des démarches entreprises sur le plan diplomatique et des actions entreprises menées jusque-là pour assister nos compatriotes dont la majorité est faite des étudiants.

Près de 533 de ces compatriotes ont réussi à atteindre la Pologne qui, conformément aux recommandations de l’Union Européenne, accorde un séjour temporaire de 30 jours en attendant leur retour au pays.
Au sujet de 12 de nos compatriotes étudiants répertoriés à l’Université de la Sumy State à 800 kilomètres de la frontière polonaise, le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères a informé le Conseil qu’il maintient des contacts étroits avec les autorités académiques en vue d’être informé des possibilités d’évacuation en toute sécurité, et pour leur éviter d’être pris entre deux feux.
Le Conseil a pris acte de ce rapport.

ALT.

DANS LA MEME CATÉGORIE

Ukraine: Christophe Lutundula réconforte les étudiants congolais de l’Université de Soumy

Situation des congolais bloqués en Ukraine: Le HCR et l’OIM saisis par le ministère des Affaires étrangères